French English German Italian Spanish

 

femmes

Les égyptiennes

La femme égyptienne au regard de la loi était l'égale de l’homme, elle peut gérer son propre patrimoine, diriger une entreprise (Nénofèr, Nouvel Empire) ; être médecin (Pésèshèt à la IVe dynastie). Le grand hymne à Isis traduit cette égalité de la femme et de l'homme, « c'est toi la maîtresse de la terre, tu as rendu le pouvoir des femmes égal à celui des hommes ! ». La femme égyptienne, la mère que l'on respecte avant tout, elle est assujettie à une stricte loi morale, et dotée d'une grande liberté d'expression.

L’égalité entre homme et femme s'imposa d'emblée comme une valeur fondamentale de la société pharaonique, les Egyptiennes bénéficièrent de conditions de vie bien supérieures à celles que connaissent, de nos jours, des millions de femmes. Un immense respect lui a été accordé. Elles ont contribué de manière active à la construction d'une brillante civilisation. Elles seront reines, femmes de pouvoir, femmes au travail, prêtresses, servantes, épouses et mères. Elles affirmèrent leurs personnalités, sans renter en compétition avec l'homme, parce qu'elles purent les exprimer pleinement et en toute liberté

Dans l'Égypte antique, la femme pouvait atteindre des postes sociaux importants. haut-fonctionnaires, mais plus étonnant encore la fonction suprême, celle de pharaon. Les Égyptiens préféraient être gouvernés par une femme de sang royal (donc divin) plutôt que par un homme qui ne le serait pas. Lors de crises de succession, des femmes prirent le pouvoir ainsi que tous les symboles masculins qui y étaient attachés.

Fil de navigation