French English German Italian Spanish

 LES DERNIERS LAGIDES

La dépouille d'Alexandre Le Grand ramenée de Babylone à Menphis

.Avant-propos

La dynastie des Lagides ou ptolémaïque est comptée comme la 32ème dynastie pharaonique. Elle est issue d'un général macédonien Ptolémée, fils de Lagos (d'où l'appellation « lagide »).Elle se place dans la continuité d'Alexandre le Grand, roi de Macédoine, qui se fait proclamer pharaon d'Égypte en -331 et ordonne la construction d'Alexandrie. Ptolémée fut élevé avec Alexandre le Grand, il le servit avec courage et zèle dans toutes ses expéditions. à sa mort en -323 il devient satrape (gouverneur) d'Égypte. Vers -297 il lance la construction du phare d'Alexandrie et en -288 celle de la bibliothèque . À sa mort, Ptolémée Soter laisse un état florissant. Son fils Ptolémée II Philadelphe lui succède sur le trône d'Égypte en -283. A l'occasion de son enterrement le corps d'Alexandre est rapatrié de Memphis à Alexandrie où la construction de son tombeau a été achevée.

Surnoms portés par plusieurs rois : Soter (le sauveur : attribué par les Rhodiens à Ptolémée auxquels il porte secours en -305)   Philadelphe "qui aime son frère ou sa soeur"  Philopator (qui aime son père) Philomator "qui aime sa mère "



Grâce aux vertus guerrières et à la sagesse des premiers Ptolémées, cet empire devint bientôt la première des grandes puissances du monde connu alors. Sa domination s'étendait sur la Syrie, la Palestine, l'Asie-Mineure, sur une partie de l'Archipel grec, sur la côte septentrionale de l'Afrique jusqu'aux possessions de Carthage, enfin vers le sud, jusqu'à la troisième cataracte du Nil et aux deux rives de la mer Rouge.

 

L’EGYPTE SOUS LES LAGIDES

L'aristocratie de naissance était inconnue en Egypte et, sous les Lagides, les castes même avaient complètement disparu. Toutefois, le clergé s'efforçait de maintenir la pureté du sang copte en favorisant les mariages contractés entre les jeunes gens de cette race. La cour se composait, comme partout ailleurs à cette époque, d'une nuée de favoris parmi lesquels il y avait de nombreux eunuques et affranchis. Les militaires étaient de ceux dont l'influence prévalait; les savants, les artistes et les prêtres étaient également bien accueillis par les rois.

La forme du gouvernement était un régime autocratique (régime politique où un seul individu détient le pouvoir) mais appliqué de la façon la plus libérale possible ; il répondait très bien à la civilisation et aux mœurs des habitants du pays, qui appartenaient à tant de races et de religions différentes. Les Lagides, eux-mêmes, de nouveaux venus sur la terre égyptienne, accueillirent amicalement tout étranger qui venait s'y établir: Grecs, Juifs, Arabes et Phéniciens, tous bénéficiaient du même traitement que les habitants de souche. Chacun était libre d'adorer son dieu et de gagner sa vie comme il l’entendait. Par contre, personne, excepté le Copte ne considérait l'Egypte comme sa patrie. Ni les Grecs, ni les Juifs, ni les Arabes n'étaient attachés à ce sol.

Seul le Copte s'attachait à l'Egypte parce que c'était sa patrie. Mais encore fort arriéré, il ne possédait aucune influence et cultivait, le sol que ses ancêtres lui avaient légué. Cette terre ne lui appartenait même plus, il n'était que le simple tenancier. Le pays tout entier était la propriété du roi ; toutes les terres lui appartenaient. Le roi exigeait comme fermage un tiers de tout produit, ainsi que chaque troisième bête née dans l'année.

L'armée égyptienne, forte de 200,000 fantassins, 40,000 cavaliers, 300 éléphants et 200 chars pendant le règne de Ptolémée II, diminua d'une façon constante sous leurs successeurs. Sous l'avare Ptolémée Alexandre, le prédécesseur immédiat d'Aulète, cette armée avait déjà tellement périclité, en matériel, et en effectif, qu'elle était devenue insignifiante à l'avènement de son successeur. Il

Il y avait bien toujours une force permanente composée de mercenaires ; mais, en temps de paix, elle suffisait tout au plus au maintien de l'ordre. Le corps de cavalerie royal, fort d'environ 4000 hommes était l'ombre de l'ancienne cavalerie égyptienne. Les hommes montaient leurs propres chevaux et vivaient en groupes presque nomades, accompagnés toujours de leurs familles ;

Lorsqu'une guerre était sur le point d'éclater, il fallait enrégimenter les individus qui accouraient des quatre coins du monde offrir leurs services. On tenait compte uniquement de la vigueur des candidats à porter les armes. Ainsi dans la même troupe l'Arabe, le Grec, le Juif, le Copte, le Persan marchaient côte à côte avec le Gaulois et le Germain qui avaient déserté la sévère discipline des légions romaines.

 

L'élément le plus précieux de la force armée de l'Egypte était sa puissante flotte, que les historiens de l'antiquité évaluent à plusieurs milliers de bâtiments de toute sorte et qui était considérée comme la première du monde, non seulement à cause de son formidable effectif, mais encore et surtout en raison de l'importance et de l'armement des unités de combat. Elle comptait120 grands vaisseaux de ligne.

La dynastie lagide est marquée par des mariages consanguins (comme chez les premiers pharaons) et des luttes successorales sans fin, ou les empoisonnements, les meurtres, les crimes, les trahisons conduiront au déclin irréversible et à la disparition de cette dynastie.

A partir de Ptolémée IV, tous les lagides gouvernèrent mal le pays, le luxe et la débauche les ayant corrompus, en particulier Ptolémée IV et VII et le dernier de la dynastie, Ptolémée Dionysos. Peu à peu le grand empire se désagrège. Sous le règne de Ptolémée Aulète en l'an 80 avant notre ère, l’empire se réduisait à la vallée et au delta du Nil. Chypre même, la dernière possession insulaire de l'ancienne grande puissance, s'en était détachée.

Vers l'an 116 av JC, l'empire des Ptolémées, si puissant jadis, était déjà en pleine décadence. Les crimes des princes, les mœurs relâchées du peuple, le manque absolu de tout esprit public en avaient tellement brisé la force qu'il était devenu une proie facile à la cupidité de l'empire romain dont la domination s'étendait de plus en plus. L'astre radieux de la gloire des Lagides était à son déclin et semblait devoir disparaître jamais, comme ceux des autres dynasties alexandrines, dans le gouffre sans fond de l'oubli.

LES DERNIERS ROIS

Ptolémée VIII et Cléopâtre III

116 av. J.-C Ptolémée VIII Le Bienfaiteur, Magnifique (surnommé le Ventru  septième roi de la dynastie des Lagides mourut en laissant deux fils : Lathyre (Ptolémée IX Sôter II (Sauveur,) surnommé Lathyre « pois chiche » car il avait un bouton sur le nez) qui hérita dutrône d’Egypte et Alexandre I Ptolémée Xqui hérita dutrône de Chypre.

107 av. J.-C Lathyre subissant la tutelle de sa mère Cléopâtre IIIet ses vexations incessantes tenta de l’assassiner .Celle-ci le renversa et fit monter sur le trône Alexandre sous le nom de Ptolémée X Alexandre Ier Philométor.

101 av. J.-C   La tutelle de sa mère lui étant très difficile à endurer, Alexandre la fit assassiner et put enfin régner en partageant le pouvoir avec son épouse Bérénice III Cléopâtre Philopator. Se désintéressant des affaires du royaume, ses seules actions furent marquées par la lutte sans fin contre son frère.

89-87 av. J.-C  Confronté à des difficultés financières, il pille le tombeau d'Alexandre le Grand. Les Alexandrins indignés par ce sacrilège se révoltent. En mai -88 il s’enfuit à Myre en Lycie. En -87 Il tente de reprendre son trône mais il est tué au cours d'une bataille navale. Ptolémée IX reprend le pouvoir.

88 av. J.-C  Lathyre retrouve le trône d'Égypte pour un règne calamiteux, confronté aux révoltes indigènes et incapable d'apporter une aide militaire à ses alliés romains, en particulier Lucullus en guerre contre Mithridate VI. Il meurt en -80. Le dictateur Romain Sylla impose Ptolémée XI Alexandre II, comme seul héritier masculin légitime au trône d'Égypte.

80 av. J.-C  Ptolémée XI pout légitimer sa nomination, épouse rapidement sa cousine et belle-mère, Bérénice III. Quelques jours plus tard il fit l’erreur de l’assassiner. Les Alexandrins, qui l’aimaient beaucoup se révoltèrent. Ils capturèrent Ptolémée XI et l’égorgèrent dans le gymnase de la ville, en Avril. Sans héritier mâle Il fut le dernier roi authentique de la lignée des lagides.

80 av. J.-C  Le trône est inoccupé, les Alexandrins font appels au deux fils Lathyre : Ptolémée de Chypre quidevient roi de Chypre et Aulète quimonte sur le trône d’Egypte sous le nom de Ptolémée XIINéos Dionysos Philopator II en septembre, mais il n’est pas reconnu par les romains.

PTOLÉMÉE AULÈTE

Ptolémée XII avait un goût prononcé pour les fêtes et banquets où il s'enivrait et s'exhibait en joueur de flûte, ce qui lui valut les surnoms d’aulète (Joueur de flûte) et de Dionysos (Dieu du vin, et de l’ivresse)

79 av. J.-C Ptolémée XIIEpouseCléopâtre V pour se donner une certaine légitimité. Elle devient Corégente.

76 av. J.-C Ptolémée XII estcouronné à Memphis par les Grands Prêtres de Ptah. Toutefois, cette intronisation ne fut pas reconnu par Rome en vertu d'un prétendu testament de Ptolémée XI qui faisait des Romains ses héritiers. En 75 av. J.-C Cléopâtre V réclame le trône pour ses deux fils mais est débouté par Rome.

75-59 av. J.-C Ptolémée XIIchercha à conforter son trône en distribuant des pots de vin aux grands politiciens Romains. En 63 il essaye sans succès de soudoyer Pompée devenu leader du Sénat en lui faisant parvenir d’énormes sommes d’argent. En 59il se rendit à Rome pour négocier un pot de vin en reconnaissance officielle de sa royauté. Il versa à Pompée et Jules Césarl’énorme somme de 6.000 talents d'or.

58 av. J.-C Ptolémée XIIlaisse les Romains s'emparer de Chypre ou son frère est tué. Cette passivité indigne les Alexandrins qui une fois de plus se révoltent qui se révolte et portent sur le trône sa fille Bérénice IV qui associa au pouvoir, sa mère Cléopâtre V. Ptolémée XIIestobligé de fuir à Rome, peut-être avec sa fille Cléopâtre VII.

58-55 av. J.-C Ptolémée XIIseréfugié à Rome intrigue pour gagner à sa cause le Sénat. . En 57 Cléopâtre V envoie une ambassade importante pour plaidé sa cause devant les Sénateurs. La plupart de ses membres sont assassinés empoisonnés victime d’une brutale répression, orchestrée par Pompée et Ptolémée XII. Celui-ci devient personne non grata et n’obtiendra plus rien à Rome. Ptolémée XII va alors tenter sa chance en Syrie auprès du proconsul Gabinius. Corrompu, fit croire au Sénat à la menace d'une invasion de la Syrie par les Égyptiens. Il obtint alors le feu vert pour envahir L’Égypte.

Gabinius avait dans son entourage un grand nombre de jeunes Romains que sa gloire avait attirés dans l'espoir de se couvrir de lauriers; le plus remarquable d'entre eux était le chef de sa cavalerie Marc-Antoine, qui devait jouer un si grand rôle dans l'histoire romaine.

55-51 av. J.-C Rétablit au pouvoir, sa rancune est tenace, il fait déposer sa fille Bérénice IV, puis il la fait exécuter. Il gouverne encore trois ans sous la protection des Gabiniens un corps de mercenaires dont la plupart étaient Germains ou Gaulois laissés par Gabinius. Pour assurer la continuité du pouvoir, il prit, quelques mois avant sa mort, sa fille aînée Cléopâtre VII Théa Philopator âgée 18ans de comme Corégente. Dans son testament il précisa que Cléopâtre VIIdevait se marier à son frère Ptolémée XIIIet prendre ensemble le trône. Ptolémée XIImourut de maladie en mars 51.

 

Suite                 Retour

 

 

 

 

Fil de navigation