Mosquée d'Al Hakim

Fondée en 990 par le calife al Aziz, elle s’appelait à l’origine al-Anwar, « la brillante», un nom lié à la symbolique de la lumière, très présente dans l’idéologie chiite. En 1012 le nom d’al- Hakim lui fut donné en hommage aux importants travaux réalisés dans le bâtiment par ce calife. Ces dates sont attestées par des inscriptions sur les minarets et l’entrée principale. Lors de la construction du mur Nord de Badr al-Jamâlî en 1087 – 1092 la mosquée fut incluse à l’intérieur ; les fortifications  longent  d’ailleurs le mur nord-est, et englobe le minaret nord.

La mosquée, en forme de rectangle irrégulier, est de plan arabe, comme celles d’Ibn Touloun et d’al-Azhar qui la précèdent dans le temps. La cour à ciel ouvert était entourée d’un portique sur tous ses côtés. La salle de prière rappelle, par ses cinq nefs parallèles au mur de qibla, une travée transversale plus large, au centre, magnifiant l’accès au mihrâb, et ses piliers rectangulaire parfois cantonnés de colonnes, la mosquée Ibn Touloun.

 Deux minarets s’élèvent aux angles nord et ouest. Contrairement au reste de la mosquée, ils étaient en pierre, comme la façade. Ils sont de forme différente, l’un à fût circulaire posé sur un socle parallélépipédique, l’autre octogonal, s’élevant d’une sur une haute base de section carrée. Mais en 1010, pour des raisons inconnues, le calife al-Hakim leur fit ajouter une enveloppe carrée, qui masque en grande partie les constructions originales. Après un tremblement de terre en 1303, Baybars al-Jashankir fit restaurer la partie supérieure effondrée des minarets, en faisant édifier au sommet deux kiosques en brique octogonaux, décorés de niches à décor de coquille, couronnés d’une rangée de petits muqarnas superposés et couverts d’un petit dôme polygonal côtelé.

La mosquée possédait à l’origine onze portes. La principale est celle située au milieu de la façade Ouest. Réalisée en pierre elle donne accès à la cour par un passage voûté entouré de deux escaliers. Elle est abritée sous un porche orné ici de niches sculptées.Les portes les plus importantes sont situées à gauche et à droite de l'entrée principale et celles qui se trouvent au centre des façades Nord et ouest. Ce lieu très majestueux n'a servi que très peu de lieu de culte. La mosquée fut d'abord une prison, puis une écurie, un entrepôt, une école de garçons et même un asile d'al

 Dans la cour comme dans la salle de prière, les arcs brisés reposent sur des piliers de section rectangulaire, cantonnés parfois de colonnes à l’entrée du transept. Le mihrâb d’origine est encore conservé, à l’exception de deux colonnes latérales de soutien. Il est précédé d’une coupole, refaite à la période mamelouke ; les deux autres, qui se situaient aux angles de la salle de prière, ont disparu.

 Nombreux éléments d'origine ont été préservés dans la mosquée : tels que le transept avec ses arches et ses piliers, le dôme au-dessus du mihrab ainsi que quelques arches de chaque côté du transept. Une Les frises en stuc conservent une décoration ayant résisté durant tous des siècles et sont ornées d'inscriptions kufiques. On note aussi la présence de nombreux motifs végétaux stylisés (fleurons, palmettes) et géométriques (carrés sur la pointe, étoiles à cinq ou six branches

entrelacs). L'originalité se retrouve également au niveau des poutres des arches sculptées dans le bois, sous le dôme. Mesurant 120 mètres de large et 113 mètres de profondeur, la mosquée d'Al Hakim dispose de nombreuses entrées en plus de l'entrée principale qui se trouve au milieu de la façade ouest. Dans un angle de la cour se trouve une fontaine qui délivre de l'eau sacrée

 

Al Hakim

 Il est arrivé au pouvoir alors qu'il n'avait que 11 ans, à 15 ans il a assassiné son maître. On dit qu'il a brûlé beaucoup d'endroits au Caire quand les cairotes se sont opposés à obéir à certaines de ses lois bizarres comme: « Remplacer son nom au lieu d’Allah, dans les prières, Interdisant de manger le molokhia un des plats égyptien le plus populaire car il détestait ça ».

 Il a également interdit de fabriquer des chaussures pour les femmes, pensant qu'elles devraient rester à la maison, Un jour il a ordonné à ses hommes de jeter toute la production de mélasses dans le Nil, beaucoup d'autres histoires et de rumeurs.

 On dit Al-Hakim avait l'habitude d'aller dans une grotte du Mokattam et d’y rester seul pendant de longues heures. Il a affirmé que une nuit, il avait entendu une voix lui disant qu'il devait réunir l'islam et le christianisme en une religion nouvelle unifié.

 Al-Hakim a disparu en 1021. Il n’est pas revenu d’une promenade nocturne aux environs du Caire dans les collines d'al-Muqattam. Son corps n’a pas été retrouvé. Son assassinat fut probablement ordonné par sa sœur, Sitt al-Mulk

 Bibliographie 

 Barrucand, M. Trésors Fatimides du Caire, Institut du monde arabe, 1998,

Bloom, J. M. The mosque of al-Hakim in Cairo , 1983