French English German Italian Spanish

Voyage en Egypte et Nubie -Le Caire

 

ARTICLE 

Lorsque David Roberts arrive au Caire  le matin du 21Décembre 1839 ,  il loue une maison et part  à la découverte de cette ville de près de 30.000 habitants. Il y séjournera six  semaines. Habillé comme un Arabe, il  dessine les gens, les rues, les mosquées. L’architecture du monde arabe était à l'époque beaucoup moins bien connue que celle des anciens temples pharaoniques. Située au milieu de la foule grouillante de la ville, opposée à l'isolement splendide  des monuments  bordant le du Nil, elle a conduit  Roberts à produire des lithographies totalement différentes, pleines de la vie urbaine et de détails. Ces images de la vie quotidienne des cairotes, de l'architecture islamique ancienne et moderne ont étés  une  découverte pour de nombreux Européens.

 

Les Mosquées du  Caire fatimide et ottoman

mosque

MOSQUEE SULTAN EL GHOREE

Ce n'est depuis que quelques années qu’un chrétien est autorisé à entrer dans la mosquée du sultan Hassan sous réserve de certaines restrictions. Le chrétien doit porter  le costume musulman, et être accompagnée d'un janissaire avant de monter l’escalier menant à la véranda. Ses chaussures doivent être laissées en charge de son serviteur. Ici  comme au temps de Moïse c’est encore la coutume de découvrir les pieds comme nous découvrons la tête dans un acte de révérence. Journal D Roberts 1839

phoca thumb s DR90A GRANDE ENTREE MOSQUEE METWALEYS   

Cette porte a été construite sous le règne du calife El-Mutansir, vers l'an 1092, 485 de l’Hégire. Elle se situe entre les minarets de la mosquée Bab Zuweyleh et de la mosquée Metwalis, nom dérivé d'un saint pieux Wallee qui est censé  y avoir vécu.  La mosquée voisine a été construite par le cheikh El-Mahmoodee, qui a enlevé les tours de la porte, et construit les deux beaux minarets qui les encadrent. Ce n’est que 350 ans plus tard en 1414 que la porte fut construite.

phoca thumb s DR91 ENTREE MOSQUEE  BAB ZUWEYLEH   

Cette porte n'est pas située dans le mur d'enceinte qui entoure le Caire, c'est l'une de celles qui servent à communiquer entre  deux  quartiers de la ville. Elles sont placées de manière à délimiter la ville en districts et fournir ainsi au Pacha un moyen d’isoler toute insurrection pouvant survenir dans un quartier. Journal D Roberts 1839

phoca thumb s DR92 MOSQUEE SULTAN HASSSAN     Caractéristique de l'architecture mamelouke, elle fut édifiée à partir de 1356 sur l'ordre du sultan An-Nasir al-Hasan. Ce vaste complexe abritait à l'origine plusieurs importantes madrasas où étaient étudiées les quatre écoles juridiques de l'islam sunnite.

phoca thumb s DR93 MOSQUEE SULTAN HASSSAN  La mosquée du sultan Hassan le septième est la perle des mosquées du Caire, et  après la mosquée d'Omar à Jérusalem, le plus beau monument que l'art arabe nous ait laissé. Construite entre 1356 et 1362. Elle se présente à nous dans tout le charme d'une vétusté où cependant ont sombré quelques lambeaux de son ancienne splendeur. Journal D Roberts 1839

phoca thumb s DR94 GRANDE ENTREE  MOSQUEE SULTAN HASSSAN     phoca thumb s DR95      MOSQUEE D'AYED BAY 

Cette belle mosquée est  située au milieu des  Tombeaux des Califes  «Rois Mamelouks» dans le Cimetière du Nord. Le Sultan mamelouk al-Nasr Qaytbay régna de 1468 à 1496 et fut un grand bâtisseur. Cette mosquée  avec sa madrasa est l’une des plus novatrices de l’Égypte islamique.

phoca thumb s DR96 MOSQUEE DE BOULAC

Elle a été bâtie en 1571 sur le modèle ottoman dans le quartier de Boulac du Caire. Elle est formée d’une grande salle carrée et  d'une coupole de pierre du style byzantin. Autour de cette coupole il y a trois autres bâtisses surplombées de colonnes et de demi-coupoles. Au sud-est, on trouve le minaret ottoman appelé obélisque. Après la conquête de Chypre par Baybars en 1428, Boulac est devenu le principal port du Caire sur le Nil.

phoca thumb s DR97 MOSQUEE EL MOORISTANT    phoca thumb s DR98     MOSQUEE SULTAN EL GHOREE 

M. Roberts raconte dans son journal intime une visite qu'il a faite à la mosquée des Fleurs, où il s’est exposé par inadvertance à un grand danger. Il raconte:

«Grâce à la gentillesse du général Patrick Campbell qui a été consul général au Caire,  j'ai obtenu l'accès à toutes les principales mosquées sans exception y compris celle du sultan Hassan. Au cours de mes visites  je fus  autorisé à entrer dans l'une des plus sacrés appelée la Mosquée des fleurs. J’étais vêtu de la robe Nazib des officiers de l'armée. Deux de mes janissaires sont resté comme gardes à l'entrée. Accompagné par un jeune officier du pacha qui avait été élevé en Angleterre j’ai commencé ma visite dans ce vaste édifice. Rentrant dans un appartement  j'ai trouvé plusieurs personnes travaillant  sur une couverture brodée superbe : Une très belle réalisation de fleurs arabesques en fil d’or  sur un tissu de soie noire. Je me suis agenouillé près d’elles, non pas pour les embrasser, mais pour examiner plus minutieusement la matière dont cette broderie était composée. J'ai très vite constaté que je m'étais rendu coupable d'un crime horrible.

Sur l'instant je ne  l’ai pas réalisé, mais en levant les yeux, j'ai vu mon serviteur mettre d'abord son doigt sur ses lèvres, puis sur sa gorge: C’était un langage simple et significatif, ne pas le suivre pouvait être fatal. Etant en Egypte depuis longtemps je connaissais  bien le fanatisme  qui y  règne et qu’il  y avait danger. J'ai eu la présence d'esprit de me prosterner à nouveau devant elles, puis de me redresser lentement  et de me diriger progressivement vers la porte, ou mon ami me faisait signe de sortir.

Une fois sorti, j'ai couru à bout de souffle à travers plusieurs rues tortueuses avant  rencontrer à nouveau mon jeune officier. J'appris rapidement le sacrilège monstrueux dont j'avais été coupable, et le danger dans lequel ma curiosité m'avait conduit. Il se trouve que c'est dans cette  mosquée qu’est fabriqué la draperie sacré . Accompagné par quarante mille pèlerins, elle allait être placé sur la tombe du Prophète à la Mecque . Si on avait su que cette draperie sacré avait été polluée par le contact d'un incroyant, un chien de chrétien, je frémis à l’idée de ce qu’aurais pu être ma punition pour ce sacrilège inconscient. "

phoca thumb s DR99 GRANDE ENTREE MOSQUEE METWALEYS    phoca thumb s DR100     PORTE DE LA VICTOIRE ER MINARET D’EL HAKIM

Cette mosquée a été terminée par le sultan Fatimide Abou Mansour après son intronisation en 1013. Sa construction a commencé sous le règne de son père Al Aziz bi Allah en 990. Elle été fortement ébranlée par un tremblement de terre et a été reconstruite par le sultan Ad-dhahir Birbis en 1307 Au niveau architectural, il y a beaucoup de ressemblances avec la mosquée Ibn Toloun: elles sont toutes les deux construites avec des briques en argile et les minarets sont bâtis en pierre.

 

LA CITADELLE 

En 1173, le sultan Salah Ed Din le grand Saladin de nos croisades devient le seul maître de l'Égypte.il pose les fondations d'un site de dix hectares sur un éperon rocheux, unique hauteur de la ville, qui prévoit des poternes et trois grandes portes La Citadelle a été commencée en l'an 572 de l'Hégire (1176) et terminé 32 ans plus tard. Depuis elle a été la résidence des Sultans, pachas et les gouverneurs des autres, de l'Egypte. La porte principale de la Citadelle s’appelle Bab el Azab , le 1er mars 1811 elle a été témoin du massacre des mamelouks Mohamed Ali.

 

phoca thumb s DR101 PORTE DE LA CITADELLE        phoca thumb s DR102 DEVANT LA CITADELLE        phoca thumb s DR103 LA CITADELLE RUINES DE MOSQUEES 

 

LA RUE

 

Rue

 phoca thumb s DR104 MAISON MODERNE 

phoca thumb s DR105 SCENE DE RUE

phoca thumb s DR106 CAFE AU CAIRE

Le Caire contient plus d'un millier de cafés. Ils sont petits ouverts sur la rue avec des arcs à claire-voie. Ils ont généralement des petits bancs et des sièges couverts de nattes d’où on peut observer les passants. Ils sont fréquentés par des musiciens et des conteurs qui pendant des heures entières assureront l'attention d'un public essentiellement composée de commerçants d’artisans et d’ouvriers. Le propriétaire est un personnage important que tout le monde respecte. Sur un feu de charbon de bois, dans un pot de cuivre une eau frémissante attend le client pour lui servir un café ou un thé bouillant. Les Clients apportent leurs propres narguilés et leurs tabacs à base de chanvre qui les enivrent, les excitent. Journal D Roberts 1839

phoca thumb s DR107 DANSEUSES

Les Ghawazees dansent dévoilées dans les rues publiques pour distraire la populace. Elles sont souvent confondues avec les Almehs, qui sont des chanteuses.. Leur robe est semblable à celle portée par les classes moyennes . Elles dansent souvent dans la cour d'une maison, ou dans la rue, à l'occasion de la fête comme un mariage ou la naissance d'un enfant. Elles sont souvent très jolies et font partie des femmes les plus belles de l'Egypte. Par un décret du Mohamet-Ali, les Ghawazees ont été récemment banni du Caire et de la Basse-Egypte.Journal D Roberts 1839

phoca thumb s DR108 MARCHE AU ESCLAVES

Ce marché sur lequel autrefois on achetait ces êtres dévoués, n’existe plus car les esclaves noirs sont maintenant gardés hors de la ville à la mosquée de Kai ‘bey tandis que les Circassiens et les Géorgiens, ainsi que la plupart des Abyssins, restent dans les maisons privées des courtiers de renom où ces malheureux sont exposés en attente d'un  maître. Le Croissant-Rouge et de la Croix

phoca thumb s DR109 ECRIVAIN PUBLIC

L'écrivain se trouve généralement à la place du marché ou ceux qui ne savent pas écrire peuvent avec son aide communiquer leurs joies, leurs peines, à ceux qui sont loin d'eux. La femme de ce groupe, un copte ou chrétienne, confie à l'oreille du vieil homme les nouvelles à transmettre à celui qui peut être est un mari, un fils ou un frère.

 

LES SOUKS

 

Chaque souk est généralement affecté à une catégorie particulière de marchandises, le principal au Caire est celui des soieries, cotons et étoffes brodées dont certaines en fil d'or. Ils sont confinés dans des ruelles fermées la nuit par des portes en bois munies de chaînes, et gardés par des sentinelles. Cependant, de jour ils sont les endroits de la ville les plus gaies et amusants. Le commerçant repose sur une sorte de dais au-dessus du trottoir et ses articles sont conservés dans des niches derrière lui. Il a généralement les jambes croisées en attendant l'arrivée d'un client. Il n’utilise pas son talent de bonimenteur pour l’inciter à acheter et retire rarement sa pipe de sa bouche pour répondre aux questions des passants. Cependant s’il voit un Français et surtout un Anglais il sort de sa torpeur, il est plein d’attentions courtoises, propose un café et demande plus de quatre fois le prix d’un article

 

souk

 

phoca thumb s DR110 SOUK DE LA SOIE      phoca thumb s DR111 SOUK DU CUIVRE

phoca thumb s DR112 VUE VERS SUEZ

phoca thumb s DR113 EN REGARDANT VERS L’OUEST

 

Cette vue est prise depuis les tertres élevés au-delà des murs de la ville. Ces monticules ont été créés au cours des siècles par les déchets et ordures de la ville et qui ont surpassés ses murs  en particulier sur le côté sud.  Sur les côtés Nord et Est, il y avait aussi des monticules moins importants qui ont été enlevés ou nivelés par ordre d'Ibrahim Pacha, puis aménagés en oliveraies jardins. Entre l'extrême gauche de ce point de vue, dans laquelle on aperçoit une partie de la citadelle et la grande mosquée du sultan Hassan s’étend la  place Er-Rumeyleh.

 

phoca thumb s DR114 FERRY A GIZEH

L'île de Rhoda se trouve au large de la côte à environ un mile du Caire, elle est presque en face du Vieux-Caire ou Fostat, et à proximité du principal ferry du Nil à Gizeh. Elle doit son nom à l'abondance et la beauté des roses qui y sont abondamment cultivées.

Une tradition biblique indique que c'est sur cette île, choisie par les princes d’'Egypte pour sa beauté et son isolement, que la mère de Moïse a placé son berceau sur les rives parmi les roseaux et où il a été trouvé par Thermouthis la fille du Pharaon. Près du ferry La scène est très animée, à proximité se trouvent des bateaux pittoresques, et partout des groupes de Turcs, d’ Arabes de Nubiens, sujets actuels du crayon de l'artiste.

 

LA CITEE DES MORTS

phoca thumb s DR115  RESIDENCE DE MOHAMET ALI

 

Ce panorama est vu depuis une mosquée en ruine près des murs de la ville. Au loin s’étend le promontoire de la Citadelle puis près de l’horizon, les collines du Mokattam. Au pied de la Citadelle la nécropole des Sultans nous montre ses splendides édifices religieux. En avant plan une caravane au pied des murs de la ville émerge de l’une de ses portes. Méhémet-Ali a renforcé les fortifications de la Citadelle et a construit un magnifique palais visible sur la droite de la crête .

 

 phoca thumb s DR120    phoca thumb s DR119     TOMBES DES MAMELOUKS    phoca thumb s DR117    phoca thumb s DR118     TOMBES DES CALIFES

 phoca thumb s DR116   TOMBE D’UN CALIFE 

Ce pittoresque édifice à la fois mosquée et tombe sans nom est l’une des nombreuses nécropoles qui parsèment cette partie du désert juste en dehors des murs du Caire. Sans laisser d’information pour l’historien, construite à un coût très élevé par son calife ou sultan, il arrivait parfois qu'il n’y se reposait jamais. Par manque absolu protection des personnes et des biens sous les gouvernements successifs, la tombe d’un personnage maudit et ignoble, sans héritier n’osant réclamer le dangereux honneur d'être son successeur, a été vite oublié et est rapidement tombé en ruine.

 DIAPORAMA

 

 

 

Fil de navigation