French English German Italian Spanish

 

LE PHARAON

Maître du double pays

Bien plus qu’un simple souverain ou qu’un simple chef d’état, le pharaon était tout-puissant. Il était vu comme le chef spirituel, le guide respecté et vénéré de tout un peuple. Il était le lien entre les dieux et les hommes. Unificateur du double pays, roi et prêtre, il incarne la puissance spirituelle qui anime l’univers. Seigneur du monde et garant de son équilibre, fils du Dieu et père de la prospérité, Pharaon est la clé de voûte de la civilisation égyptienne. Il accède au pouvoir après une cérémonie ou il prend possession de chacun de ses attributs afin d’assurer l’union, la santé, la force et la prospérité à l’Egypte toute entière.

Tout en Égypte est sous le signe de la dualité, à commencer par l’Égypte elle-même, divisée en Haute et Basse Égypte, la vallée du Nil et le Delta. La dualité n’existe pas seulement sur la terre. Elle se crée aussi entre le Ciel et la Terre. Le monde du haut et le monde du bas est le miroir l’un de l’autre, les Égyptiens avait développé le concept de la «géographie sacrée» faisant de l’Égypte terrestre un miroir du ciel, reconstituant le corps morcelé d’Osiris. C’est pourquoi Pharaon n’est pas seulement roi, garant de l’équilibre terrestre mais également prêtre, chargé de relier le monde céleste et le monde terrestre.

Pharaon, roi et prêtre

Selon la mythologie, les dieux ont engendré le roi pour qu'il maintienne l'ordre du monde, qu'ils ont créé et que symbolise la déesse Maat. Il s'acquitte de cette tâche en leur élevant des maisons : les temples, en couvrant leurs autels d'offrandes et leur rendant un culte chaque jour. En retour, les dieux lui offrent ce dont il a besoin pour gouverner : la vie, la santé, la puissance, la protection et la joie. Cet échange se déroule dans le secret des temples, interdits à tous ceux qui ne sont pas membres de la cour. Unique intermédiaire entre les dieux et les hommes, le souverain occupé à gouverner, délègue sa mission aux prêtres. Ils rendent aux divinités un culte quotidien, qui consiste à nourrir, laver, habiller et parer leurs statues, placées dans une petite chapelle (naos) enfermée dans le sanctuaire, au fond du temple. Lors des grandes fêtes, auxquelles le pharaon lui-même est présent, la statue divine est portée en procession hors de l'édifice. Le peuple approche alors la divinité, sans jamais la voir puisqu'elle est cachée dans la petite chapelle de sa barque que l'on transporte!.

Il avait pour mission de veiller sur ses sujets et d’assurer la prospérité de son pays. Il était le garant de l’équilibre entre le ciel et la Terre selon la philosophie de Maât, déesse de la justice dont le nom signifie « la vérité », le souverain voyait ainsi son pouvoir incontesté et incontestable.

Le monde du haut et le monde du bas étant le miroir l’un de l’autre, les Égyptiens avait développé le concept de la «géographie sacrée» faisant de l’Égypte terrestre un miroir du ciel, reconstituant le corps morcelé d’Osiris. C’est Pharaon qui, à travers les rites, anime cette géographie sacrée, en maintenant sur terre ce qui fut «la première fois», lorsque le monde s’exprima dans sa plénitude. «Il consolide pour le dieu ce qui était en ruine par des monuments voués à l’éternité; il chasse pour lui le désordre dans les deux pays, de sorte que Maât se trouve rétablie à sa place et le pays conforme à sa situation de la première fois» (1) Le devoir du roi envers les dieux consiste à assurer le culte, à construire des temples et à offrir des sacrifices. Pontife suprême, c’est Pharaon qui officie, par l’intermédiaire des prêtres, dans tous les temples de l’Egypte.

Pharaon chef de guerre

.Souvent représenté en chef de guerre, Il est le garant de l'équilibre du monde par la victoire sur les ennemis.

Pour préserver L'harmonie du monde, le roi combat les forces maléfiques, incarnées par les ennemis. Le pharaon dirige l'armée en personne, secondé par le prince héritier et un état-major. Il récompense les officiers et les soldats ayant fait preuve d'une grande bravoure. Les représentations les plus anciennes montrent le souverain brandissant sa massue au-dessus de ses adversaires agenouillés, qu'il saisit par les cheveux.

Au Nouvel Empire, le pharaon apparaît debout sur son char lancé à pleine vitesse, tirant à l'arc sur ses opposants ; les victimes jonchent le sol en une mêlée confuse. À ces scènes symboliques se mêlent celles de vraies batailles, dont le souverain sort toujours vainqueur, même quand sa victoire est contestable. Sur les murs des temples, l'image joue un rôle magique : elle perpétue les actions accomplies   par   le   roi   pour   garantir éternellement l'équilibre de l'Univers.

Le pharaon Chef de gouvernement

L'Egypte doit sa prospérité à une organisation d'une grande efficacité, mise en place par les pharaons et entièrement fondée sur l'usage de l'écriture : non pas les hiéroglyphes, mais le hiératique. Chef du gouvernement, le roi règle les affaires de l'État à partir de son palais. Il s'appuie sur une équipe composée de deux vizirs, sorte de ministres de l'Intérieur de la Haute et de la Basse-Egypte ; du directeur du Trésor, ou "ministre des Finances"; du directeur des Greniers, qui gère les réserves de céréales; du directeur des troupeaux, qui contrôle le bétail; du vice-roi de Nubie, responsable de cette région située au sud de l'Egypte.

Le directeur du Bureau des dépêches dirige le secrétariat d'État qui traite la correspondance intérieure et diplomatique du roi et administre les possessions égyptiennes en Syrie-Palestine. Une institution particulière, la Maison du roi, dirigée par un grand intendant, gère les domaines royaux et le personnel au service du souverain. Depuis la capitale, où elle est établie, l'élite dirigeante domine une structure administrative formée de scribes fonctionnaires qui sont répartis sur l'ensemble du territoire et fortement hiérarchisés.

 

 

 

Fil de navigation