French English German Italian Spanish

Mosquée Al-Mu'ayyad

Le sultan al-Muayyad était un homme pieux et oppressif, mais il était aussi musicien et poète. Son règne a été maudit par la peste et des réformes monétaires inhabituelles, de sorte que lorsque il est mort tout le monde fut tellement préoccupé par le choix de son successeur que personne n’assista à ses funérailles, et il a, parait-il été enterré sans même une serviette pour envelopper sa dépouille.

Le complexe Sultan al-Mu'ayyad est situé près de la porte Bab Zuwayla et comprenait à l'origine une madrasa-khanqah, une mosquée du vendredi, et deux mausolées. Il a été construit entre 1415 et 1422. Cependant, contrairement à la madrasa-khanqah de Barquq, dans laquelle les soufis et les étudiants habitaient sous le même toit  cette madrasa, dont le programme comprenait l'étude de la religion officielle selon le quatre rites, a été consacrée uniquement aux soufis.

Khanqah : fut d'abord un lieu destiné à abriter les spécialistes et savants religieux , l'équivalent des couvents pour les chrétiens. Ces établissements ont été ensuite réservés aux soufis.. Soufis.Titre ou surnom individuel donné à un adepte du soufisme. Le soufi est l'ascète vêtu de la robe de laine vierge en signe d'humilité.Soufisme, doctrine ésotérique de l'islam mystique et ascétique

En raison de ses minarets, la mosquée est vite devenue un point de repère du Caire incontournable. Pour la petite histoire il existait tout près une prison près de la porte Bab al-Zuwayla dans laquelle l’émir, fut emprisonné et eu la chance de la quitter en vie

Al-Muayyad était un mamelouk originaire du Caucase qui fut sultan entre 1412 et 1421. Durant le règne de son prédécesseur Far Farag Ibn Barquq, al-Mu'ayyad, fut un grand intrigant et ses intriques le conduisirent dans cette prison. Souffrant terriblement des poux et des puces, il promit que si jamais il venait au pouvoir, il transformerait cette infecte prison en un lieu saint pour l'éducation des chercheurs. Lorsqu’ il devint sultan en 1412 ; il ne tarda pas à tenir sa promesse, en donnant 40.000 dinars de sa poche pour sa sur sa construction.

On fit venir du Marbre de partout, même des maisons et des palais, son prix atteignit vite valeur astronomique du fait des grandes dimensions de la mosquée.

De nombreux ânes furent utilisés pendant plusieurs jours emportant sur leurs dos des sacs remplis d’ossements humains trouvés dans la prison. Grace à un financement très important la madrasa est devenue l'une des institutions académiques les plus importants du 15ème siècle. Une grande bibliothèque a accueillis les savants les plus éminents de l’époque. Une grande cérémonie eut lieu pour son inauguration,. Selon les dires, le bassin de la grande cour fut rempli de friandises et bonbons et offerts aux invités.

La façade extérieure de ce complexe constitue un excellent exemple de l’intégration et de la mise en valeur des constructions Mamelouk dans le milieu urbain, à la fois physiquement et visuellement. Tout est fait pour attirer l'œil ; vers le nord c’est la façade massive, son portail et son dôme , vers le sud les deux flamboyant minarets .

À l'origine, la mosquée avait trois minarets, les deux que nous voyons au-dessus des tours de Bab Zuwayla sont jumeaux. Le troisième d’apparence différente a été détruit au cours du 19e siècle. Les deux minarets restants, sont particulièrement minces et élégants. Les chevrons sculptés qui ornent les deuxièmes étages octogonaux sont un excellent de la maçonnerie sculptée de cette période. Peu à après leur achèvement, l’un deux a commencé à pencher dangereusement vers un des bâtiments voisins.. Le minaret fut démoli et reconstruit. Les travaux de démolition durèrent une journée et couta la vie a un ouvrier tué par la chute de pierres. Bab Zuwayla fut fermé pendant un mois lors de sa reconstruction.

Plan

La mosquée avait à l'origine quatre façades et quatre entrées. Les deux façades principales sont l’une parallèle, l’autre perpendiculaire à la porte de Bab Zuwayla.

Le portail de grandes proportions est renforcé par un mur au-dessus de la conque d’où dégoulinent neuf rangées de stalactites richement décorées. (Muqarnas).Une bande de pierre sculptée et incrusté de marbre et de pierres rouge et turquoise encadre la porte. La porte d’entrée est un chef-d'œuvre de ferronnerie de bronze. Fait intéressant, elle a été fabriquée, avec un lustre en bronze, de la mosquée du Sultan Hasan.

A l'intérieur, le vestibule couvert par un magnifique ensemble de voûtes en croix flanquée de deux demi-coupoles à stalactites est peut-être la caractéristique la plus remarquable de l'ensemble du complexe. Aujourd'hui, on entre dans la mosquée par le mausolée, mais à l'origine il y avait un accès direct à la cour. Le mausolée dont dôme extérieur du est similaire à celui de Faraj Ibn Barquq comporte deux cénotaphes où le sultan al-Mu'ayyad et son fils sont enterrés. Sur la partie supérieure de la paroi nord-ouest du mausolée, sur le côté faisant face à la cour, il y a deux fenêtres aveugles avec des décorations en stuc très finement sculptés dans le style andalou.

Cette mosquée avec sa grande cour ouverte sur quatre iwans, est une des dernières mosquées hypostyle de ce style à avoir été construit au Caire. Une fontaine d'ablution occupe le milieu de la cour. Parmi les quatre iwans, entourant la cour seul le sanctuaire survécu. À l'origine, les plans prévoyaient sur chaque côté un mausolée en forme de dôme. Un seul dôme ou se trouve les tombes des membres féminins de la famille a été construit (il n'y a pas mausolée).

Le sanctuaire est richement décoré avec un haut dado en marbre et une niche de prière en marbre polychrome avec une rangée de niches marquetées séparées par des colonnettes de verre bleu. Le plafond est en bois peint et doré, les fenêtres ont de belles grilles en stuc et et de belles portes en bois sont incrustées d’ivoire. Des colonnes de marbre avec leurs chapiteaux préislamiques, contribuent à la richesse de la décoration.

 

Bibliographie

A Walk Through the Islamic City   Antonious, Jim  1988  American University in Cairo

 

Islamic Monuments in Cairo   Paker, Richard B.; Sabin, Robin; Williams, Caroline   1985  American University in Cairo 



 

 



Fil de navigation