French English German Italian Spanish

Mosquée Sultan Hassan

David Roberts 1839

Un peu d’histoire

Les travaux de cet imposant complexe religieux sont initiés par le sultan An-Nasir al-Hasan, souverain mamelouk controversé. Fils du grand sultan mamelouk Al Nasser Mohamed Ibn, il devint sultan en 1347 à l’âge de 13 ans, mais fut détrôné en 1351par des généraux mamelouks. Marionnette manipulée par les émirs puissants, il ne fut ni glorieux ni impressionnant.

La construction de la mosquée commença en 1356, financé en partie par le patrimoine des personnes décédées durant la peste noire qui a frappé le Caire en 1348. Ce moyen de financement ne fut pas populaire et altéra l’image du Sultan. Le Cout de la mosquée (20 000 dirhams par jour pendant environ cinq ans) fut considérable, à tel point que le sultan Hassan fut à plusieurs reprises sur le point d’abandonner sa construction. Seule la honte de ne pas être en mesure d'achever une mosquée qu'il avait commencé l’en dissuada.

Cinq ans après le début des travaux, l'un des deux minarets s'effondra sur la foule, causant la mort de plusieurs centaines de personnes.

Une fois de plus, attaqué l’élite mamelouke, Il s’échappa de la citadelle et se cacha quelque part au Caire. Découvert et emprisonné, il fut assassiné en 1361 : son corps ne fut jamais retrouvé bien qu'un mausolée eût été prévu pour recevoir sa dépouille. La mosquée presque achevée fut terminée par un de ses fonctionnaires nommé Bashir Al Gamdar en1363.

 

La mosquée

                             1              2                     3     

Cliquer sur les carrés pour agrandir les images                                                 

Visite

L'architecture de cet édifice emblématique de la ville du Caire est caractéristique de la période mamelouke. Formant un vaste complexe de 7 900 m²2, il regroupe une mosquée et quatre madrasas, l'ensemble s'articulant autour d'une cour intérieure ou sahn. De part et d'autre de cette cour centrale pavée s'ouvrent quatre grandes et profondes arcades ou iwan. Des accès permettent d'atteindre les quatre madrasas que compte le complexe ainsi que les chambres des étudiants.

Un iwan orienté est aménagé en salle de prière. Il intègre les éléments classiques du culte islamique : mihrab et minbar sont en marbre polychrome tandis qu'une tribune ou dikka servait à la récitation de versets du Coran. Les murs sont recouverts d'inscriptions coraniques en caractères coufiques, tandis que cinquante luminaires descendent des voûtes en arc brisé. Une porte ménagée dans le mur de la qibla permet l'accès au mausolée du sultan. Les murs de cette vaste salle rectangulaire révèlent un agencement tripartite, intégrant décors de marbre polychrome et bandeau de bois orné d'inscriptions coraniques ou honorifiques en lettres blanches.

 

L'entrée

Située sur la rue Al-Qalaa son très haut portail est l'une des plus imposantes entrées de style mamelouk existante. Il se caractérise par un arc s'achevant en une demi-coupole décorée d'un superbe ensemble de rangées de mouqarnas (ornement alvéolé en forme de stalactite).La lourde porte est ornée de remarquables motifs sculptés. Les panneaux présentent des motifs floraux chinois tels que des chrysanthèmes et des fleurs de lotus.

Le vestibule  contient un grand banc de pierre au-dessus duquel se trouvent des niches de marbre sculptées comportant des médaillons incrustés de motifs géométriques.

Le hall d'entrée intérieur est tout à fait remarquable avec ses sombres décorations rouges et brunes. Son dôme est très haut et riche en ornements. La lanterne suspendue de l'entrée est magnifique. L'ensemble de la mosquée est éclairée par de nombreuses petites lampes de faire une scène merveilleuse.

Le Sahn (cour religieuse)

Le sahn, grande cour découverte est une des parties principales du monument, sur chacun de ses cotés s'ouvre l’un des quatre iwans, immenses salles qui sont disposées suivant deux axes se coupant en angles droits. On se retrouve émergé à l'époque mamelouke. Les murs de pierre massifs sont doublés à l'intérieur de briques recouvertes de stuc. Mesurant 34m de long sur 32m de large il est entièrement pavé de marbre

Au centre, se trouve une grande fontaine d'ablution qui a été achevé en 1362, son grand bassin est coiffé d’une coupole en forme de bulbe supporté par huit colonnes de marbre. Purement décorative à l'origine, elle a été modifiée et réparée, lors de la période ottomane.

Les Iwans Le Shan s’ouvre sur quatre iwansde taille inégale. (Iwan Élément essentiel de l'architecture islamique, il est constitué d'une grande salle voûtée en berceau fermée sur trois côtés et ouvert par un vaste porche voûté.) Chacun des quatre iwans représente une école de l'islam sunnite, constitué de quatre doctrines : Shâfi‘ite, Malékite, Hanafite et Hanbalite. (Une des principales raisons pour lesquelles Sultan Hassan construit le complexe a été d'accueillir l'enseignement de toutes les sectes de l'islam sunnite.). Le sol de chaque Iwan est couvert par des tapis de couleur différente pour les différencier. Les murs de la cour intérieure et des Iwans sont merveilleusement fleuri, éclairés par des lampes suspendues.

 

Les Madrasas (écoles coraniques)

Derrière les quatre iwans, le bâtiment est divisé en quatre madrasas pour les quatre doctrines de l'islam sunnite. A l'intérieur logent les élèves qui y vivent et étudient. Chacune de ces madrasa a sa propre cour avec leur propre fontaine d'ablution, elles comportent quatre à cinq ans étages ou se trouvent les quartiers d'habitation..

L’Iwan oriental

Faisant face à la direction de la Mecque, Il est le plus grand des iwans du monde musulman médiéval. L’utilisation de marbre polychrome est l'un des traits les plus caractéristiques de la décoration mamelouke. Le mélange de couleurs douces de rectangles plats contraste avec l'enduit des murs poussiéreux et avec les reliefs des inscriptions. C’est dans cet Iwan que se trouve la dikka, le mihrab,le Minbar.

Dikka

C’est une tribune surélevée sur des colonnes à partir de laquelle le Coran est récité des prières sont entonné par l'imam d'une mosquée. En marbre artistiquement travaillé, on trouve sur chacun de ses angles de menues colonnes de couleurs alternées et délicatement ouvragées.

Le mihrab très joliment décoré indique la direction de la Mecque. Il est orné de colonnes remarquables composées de marbre de couleur différente.

Situé à côté du Mihrab le Minbar est la chaire à partir de laquelle se tient l'imam. Ici, il y a une petite porte de bronze qui mène à l'escalier. Ces portes richement décorées ouvertes du centre et ont quelques versets du Coran or inscrite le long de son bord supérieur. Ici, l'imam serait monter les escaliers et parfois rester assis ou debout, tout en offrant des conférences importantes pendant le temps de prière sous le dôme sculpté de l'ampoule du Minbar. Tant le Minbar et le Mihrab sont parmi les exemples les plus richement décorée de leur genre. Ici, il ya aussi trois lampes suspendues au plafond haut. En regardant à travers les arches dans la cour intérieure de la Qibla Iwan et le voir à travers ces lampes est une scène magnifique.

Le mausolé

Il devait abriter la dépouille du sultan Hassan. Orienté vers le mur de la Qibla il est entouré par une petite barrière en bois sculpté. Derrière la tombe se trouve une autre Mihrab décoré avec des inscriptions d'or qui est semblable à celui de l’Iwan oriental. Il était destiné aux proches du sultan afin qu’ils viennent prier sur sa tombe. Hélas n'a pas trouvé son lieu de repos final dans ce lieu.


 

Le dôme haut  du mausolé est construit avec des briques, comme celui du hall d'entrée. C’est une des plus belles coupoles du Caire islamique. Dans chaque coin des cascades de stalactites en bois relient la coupole au plan carré de la salle, elles comportent des niches peintes et richement décorées. L'éclairage ascétique et agréable est assuré par des cercles de lampes qui pendent depuis le haut de la coupole. De nombreuses petites fenêtres laissent entrer la lumière et permettent de frais sont à se déplacer sur le mausolé

 

Fil de navigation