French English German Italian Spanish

Mosquée Al-Rifa'i

Un peu d’histoire

Suite commande de la mère du khédive Ismaïl Pacha (1863-1879) qui souhaitait à la fois un lieu de prière et un mausolée pour la famille royale La mosquée Al-Rifa'i voit le jour à la fin du XIXe siècle, lors de modernisation des infrastructures cairotes. Le site choisi est situé sur l'emplacement de l'ancien zaouïa du Cheikh Ahmad al-Rifa'i mystique musulman du Moyen Âge. (zaouïa : complexe religieux comportant une mosquée, des salles réservées à l'étude et à la méditation ainsi qu'une auberge pour y recevoir les indigents.)

La princesse Khochiâr, mère du vice-roi Ismaïl pacha, fondatrice de la mosquée chargea Hussein pacha Fehmi d'en dresser les plans tandis qu'au chef eunuque Khalîl Agha était confiée la direction du chantier. Le programme comportait une mosquée avec ses dépendances, un tombeau pour le cheikh Ali el-Rifaï et les mausolées pour la fondatrice et ses descendants.

Les travaux, commencent en 1869 mais sont freinés par la mort de l'architecte, l'abdication du khédive (1879).

En 1885, la princesse fondatrice étant morte, elle fut enterrée dans la chapelle intermédiaire située du côté nord de la mosquée. Neuf ans après, le Khédive Ismaïl Pacha à son tour fut enterré à côté de sa noble mère. Des riches « tarkîba » marquent leurs tombes sous le dôme construit quelques années plus tard. A la même époque, les deux portails nord ont reçu leur plafond avec une peinture peu heureuse. Après quelques autres travaux sans importance, la mosquée resta abandonnée pendant un quart de siècle.

Le chantier ne reprend pas avant 1905, sous la direction de l'architecte autrichien Max Herz, chef du Comité pour la conservation des monuments arabes du Caire. Il raconte : « Personne ne soupçonnait alors le déplorable état du monument abandonné : murs trop faibles, trop espacés, et déjà lézardés, assises fendues. Aussi, quand après un examen minutieux, nous nous sommes rendu compte des conditions de stabilité, nous éprouvâmes un vrai découragement. »

Les minarets se dressent dans le ciel du Caire à partir de 1909, et la mosquée est achevée en 1911. Elle est ouverte au culte l'année suivante, en 1912.

La Mosquée

                            

                                                                    al rifai                                                    hall                                                détail

Elle épouse la forme d'un vaste rectangle de 1767 m2 ,reprenant une partie de la grammaire stylistique mamelouke.elle ne néglige cependant pas les emprunts à l'architecture européenne. L'intérieur, divisé en trois vaisseaux par une série de piles massives rectangulaires portant des arcs en ogives, s'articule autour d'un dôme3. Les murs, couverts de stucs et de marbre, sont percés de baies agrémentées de moucharabieh aux savants entrelacs. La mosquée abrite les sépultures de plusieurs souverains égyptiens, dont le roi Farouk, dernier roi d'Égypte, mort en exil à Rome (1965)

                                 

         Mirab                                              interieur                                              tombe          

La mosquée abrite aussi le tombeau du dernier shah d'Iran, Mohammed Reza Shah, également mort en exil peu après la prise de pouvoir de l'ayatollah Khomeini au cours de la révolution islamique (1980)1. Les restes de son père, Reza Shah, fondateur de la dynastie des Pahlavi, sont eux aussi inhumés dans le sanctuaire

 

 

Bibliographie MAX HERZ BEY La Mosquée El Rifai au Caire 1911

 

Photographies : Christopher Rose  / Ahmed Al.Badaw / BW_1 / yayad / Ahmad Badr /Jerzy Stzelecki

© Adalberto Mangini & Laura Tous droits réservés

 

 

 


Fil de navigation