French English German Italian Spanish

Ptahchepsès

Le Personnage

Simple manucure et barbier du roi Niouserrê ce qui en soit est déjà une position privilégiée car en contact intime avec la personne royale, Il séduisit une de ses filles (khâmerernebty) , autre « privilège » rare pour un simple notable et finit par devenir le plus important personnage de l'État après Pharaon lorsque celui-ci lui attribua la charge de gouverneur du royaume. Gendre du roi, vizir du roi, il s'intégra à la famille royale et dirigea une véritable administration de fonctionnaires et de scribes qui contrôlait l'ensemble du pays. En tant que juge suprême, il présidait au tribunal royal et rendait la justice au nom de Pharaon lui-même.

Une grande conservée au British Museum, nous apprend que Ptahchepsès est né sous Mykérinos et qu'il fut éduqué avec les princes royaux. (Seuls les noms de Mykérinos et de Chepseskaf subsistent à l'extrémité droite de la stèle). Ces textes permettent d'illustrer la vie de ce grand prêtre qui dès son enfance faisait partie du cercle intime de la royauté

Des cartouches royaux, indiquent que Ptahchepsès fut au service de cinq autres souverains qui ont succédé à Chepseskaf. Récemment un nouveau bloc appartenant à la stèle de Ptahchepsès porte les cartouches d’Ouserkaf et de Sahourê, les deux premiers pharaons de la Ve dynastie

Les égyptologues pensent donc que Ptahchepsès vécut exceptionnellement vieux pour son époque et qu’il acheva sa longue carrière sous le règne de Niouserrê.

Le mastaba

Le site pour ériger le mastaba fut choisi pour être à égale distance devant les pyramides de Sahourê et Niouserrê. Sa construction se fit en trois étapes. A l'origine il ne comportait que cinq chambres, un serdab et une chambre funéraire, deux grandes salles d’offrande, l'une au Sud pour lui et l’autre au nord pour son épouse. Chacune comportait un autel placé devant la fausse porte, une banquette de pierre placée le long de la paroi nord, un des éléments funéraires royaux, qui devint une caractéristique des tombes privées de la 5ème et 6ème dynastie

Après cette construction initiale, Ptahchepsès commanda deux agrandissements qui n'avaient d'autre fonction que d'asseoir sa notoriété en copiant certaines caractéristiques architecturales des monuments royaux, qu'apparemment il connaissait à la perfection.

A l'Est, il fit construire une chapelle comportant trois niches destinés à abriter ses statues grandeur nature. Servant d’un important lieu de culte, quelques de marches permettaient d’y accéder. Deux salles d'offrandes, dont une réservée à son épouse furent également ajoutés. L'ensemble était précédé d'un portique de huit mètres de haut, soutenu par deux colonnes lotiformes en calcaire symbolisant un bouquet de plusieurs tiges de lotus. Elles soutenaient l’architrave sur laquelle reposaient les énormes dalles en calcaire de la terrasse du toit.


Au Sud-Ouest une immense cour entourée de 20 piliers, un complexe de chambres et de magasins furent ajoutés. Au Sud-Est une grande salle en forme de bateau qui logeait probablement deux grandes barques de bois, des magasins donnèrent sa forme définitive à la tombe (80 m x 107 m). Sur le plan de l’architecture et de la décoration, la tombe de Ptahchepsès surpassait toutes les autres tombes des nobles de moindre envergure. Sa richesse témoigne d'un pouvoir sans précédent dans l'histoire égyptienne

Résumé des complexes funéraires royaux, les nombreuses fonctionnalités intégrées au mastaba devinrent un modèle pour les générations de nobles et d’architectes de l'Ancien Empire, en particulier à Saqqarah et jusqu'à la fin de la 6e dynastie :

- Une salle munie d'un escalier conduisant au toit du monument, apparaît dans les mastabas de Mérêrouka, Kagemni,

- Des cours à piliers apparaissent dans les mastabas de Ti, Ptahhotep, Kagemni, Mérêrouka.

- Le complexe de magasins et de réserves à salles multiples sont retrouvés dans de nombreux mastabas à Saqqarah, comme celui de Mérêrouka.

En dépit de ces efforts pour imiter le grand tombeau de Ptahchepsès à Abousir, aucun des nobles ensevelis à Saqqarah jusqu'à la fin de la VIe dynastie ne réussit à surpasser ni même à égaler sa perfection architecturale.

Entrée / Vestibule

Les colonnes et le portique d'entrée, ont été reconstruits à leur hauteur originale. Le vestibule soutenu par deux colonnes à six tiges était prévu pour être l'entrée principale, mais il a perdu cette fonction au cours de la troisième étape de construction. Ses murs sont ornés de représentations de bateaux et de porteurs apportant des équipements funéraires nécessaires pour le culte du défunt. Ces éléments incluent des meubles, des bijoux, du tissu, des céréales, des fruits et autres articles. Le torse d'une grande statue, assis de Ptahchepsès a été découvert près de l'entrée du vestibule.

La Chapelle

Un passage étroit, comportant des scènes représentant le sacrifice d’animaux et Ptahchepsès lui-même, conduit du vestibule à la chapelle. Différentes scènes accompagnées d’inscriptions nous indiquent les titres qui témoignent du statut social élevé de Ptahchepsès : (Entre autres, il était: Prince local,   Seul ami du pharaon   Souverain de Nekhab, Bien-Aimé de son Seigneur, Juge en chef, vizir, Gardien des travaux royaux, Serviteur du Trône, Prêtre)

À l'origine, trois niches de quartzite rougeâtre logeaient des statues de Ptahchepsès debout. Des inscriptions semblent indiquer quelles le représentait dans trois fonctions différentes, (fonctionnaire prêtre, personne privée). Des offrandes étaient placées sur des autels au pied de ces statues lors des cérémonies funéraires, tandis qu'un prêtre-lecteur récité diverses formules religieuses.

La chambre funéraire

Le plafond du caveau funéraire de Ptahchepsès se révèle parfaitement semblable à celui des pyramides des souverains de la Vème dynastie ! Quatre paires d'énormes monolithes de calcaire sont en effet empilés en chevron. Deux beaux sarcophages de granit rouge y ont été trouvés. Bien que violés dans l'antiquité, le plus grand, appartenant à Ptahchepsès était bien conservé, tandis que le plus petit, réservé à son épouse royale, Khâmerernebty, avait un couvercle brisé.

L'existence du sarcophage de Khâmerernebty dans la chambre funéraire explique pourquoi, celle-ci ressemble à celle des monuments royaux. En effet ce sarcophage n’aurait pu franchir l'étroit passage descendant, il a dû être déposé dans la chambre quand le mastaba était encore ouvert.

Comme les pyramides royales, la richesse du mastaba de Ptahchepsès a conduit à sa destruction par les pillards, dès la Première Période Intermédiaire. Au Nouvel Empire, elle finit une carrière de pierre certaines parties ont été démontées et réutilisés pour d'autres bâtiments. Beaucoup plus tard, elle servit de campement aux nomades qui gardaient leurs chèvres et moutons dans la salle des Barques Enfin sa destruction a continué à l'ère romaine. Si elle ses ruines n’avaient pas disparues sous six mètres de sable et de gravats, on n'aurait rien retrouvé de nos jours

La Décoration

Beaucoup de décorations en relief polychrome ont survécu dans la chapelle. On peut y voir Ptahchepsès qui supervise les travaux dans ses champs, jardins et ateliers. Sur le mur nord des jardiniers travaillent dans des champs de céréales, des serviteurs apportent dans des paniers des fruits des jardins qu’ils déposent sur des tables d'offrandes aux pieds de Ptahchepsès.

Le mur sud représente des pêcheurs, des éleveurs trayant des vaches et un contremaître d'une exploitation avicole de canards, et d'oies. On voit aussi des scribes qui enregistrent soigneusement tout.

Sur la partie nord du mur Est de la chapelle de superbes scènes montrent l'atelier d'un sculpteur ou trône deux statues de Ptahchepsès, une assise en granit rouge, l'autre debout, en bois.

Près de l'entrée de la salle menant du vestibule une scène représente les six fils de Ptahchepsès. Le dessin et le nom représentant le premier-né a été soigneusement ciselé, et presque entièrement effacé. Cependant, son nom pourrait être Khafini. La destruction de ce nom également fait ailleurs dans le tombeau, indique une action délibérée. Cela est certainement dû au mariage tardif de Ptahchepsès, avec la fille du roi Niouserrê. Car sa famille issue du premier mariage, étant de sang non royal non-royal aurait été évincée par les enfants issus de son dernier mariage royal, y compris le premier-né.

La cour à pilier     Vue 2

Elle était entourée d'un portique soutenu par 20 piliers carrés en calcaire, décorés de reliefs de Ptahchepsès. Ils sont encore visibles dans la cour désormais à ciel ouvert. Sur le passage menant de la chapelle à la cour, Ptahchepsès est représenté entouré de ses fonctionnaires subalternes. Sur le mur nord Ptahchepsès est transporté sur une civière par des serviteurs. Un Texte nous apprend qu’un serviteur est réprimandé par le superviseur, qui lui dit de s’acquitter de son travail. Cependant le serviteur réplique qu’il ferait mieux de se mêler de ses affaires et de suivre son nez.

Le mur Ouest du portique sud est orné d’une scène typique égyptienne, montrant des statues de Ptahchepsès traînés sur des traîneaux en bois. Les inscriptions indiquent que les statues sont en granite rouge et mesurent environ trois mètres et demi de hauteur. Les statues colossales étaient un privilège royal lors de l'Ancien Empire, on doit donc se demander si elles étaient vraiment si grandes, d’autant plus qu’aucun fragment de statues colossales ont été découverts lors de fouilles.

 

A l'origine les offrandes étaient faites dans la cour ciel ouvert sur un immense autel. Les murs de étaient autrefois richement décorés de reliefs, mais seulement une infime partie nous est parvenue. Ils étaient protégés par un toit en dalle de calcaire supporté par les vingt piliers. Les côtés des piliers donnant sur la cour comportaient des reliefs grandeur nature de Ptahchepsès. Ils étaient disposés de façon à conduire les visiteurs en direction de l’autel

Les Magasins

Le mastaba comprenait deux grandes zones de magasins, ou de stockage. Au Sud-Ouest de la cour à piliers, la première comprenait quatre chambres, l'autre situé au Sud-Est en comprenait sept. Découverts vers 1960, ils ont conforté le haut rang du propriétaire.

La Salle des barques

Si les caractéristiques du mastaba ont été plus ou moins inspirées de l'architecture royale, La découverte d’une chambre dans le coin sud-ouest de la tombe a été une surprise tout à fait inattendue et qui n’a laissé aucun doute sur le statut social extraordinairement élevé et exceptionnel de son propriétaire. Cette salle, la plus grande de la tombe ressemble à un bateau. Son mur nord n’est pas seulement convexe, mais il est sculpté de manière à rappeler visiblement le côté d'un bateau. Rappelons que l'existence d'une fosse à bateau est presque exclusivement réservée aux sépultures royales. Fait intéressant, la chambre, assez grande pour contenir plusieurs bateaux, a été laissé inachevée

 


 

 

Fil de navigation