French English German Italian Spanish

LA NECROPLE D’ABOUSIR

 

ab1

phoca thumb s 0 00 Vue Satellite

phoca thumb s 0 02 Situation

Le site d'Abousir se situe à mi-chemin entre Gizeh, au nord, et Saqqarah, au sud. Il regroupe un certain nombre de monuments  des souverains de la Ve dynastie dont la légende précise qu'ils privilégièrent le culte solaire.

phoca thumb s 0 04 Ces rois - Sahouré, Niouserrê, Neferirkarê et Neferefrê - font construire leur complexe funéraire, et élèvent des sanctuaires solaires, Quoique de petites dimensions, les pyramides sont  entièrement faites de pierre, mais  n'ont rien de comparable avec  les pyramides de Gizeh A cette époque, on assiste à une mutation des conceptions religieuses, mettant en avant le culte solaire d'Héliopolis.

Ceci se retrouve d'une part dans le nom même de la plupart des Rois de cette Dynastie qui se considéraient comme des fils du dieu soleil, nom qui se termine par le suffixe Rê, et d'autre part, dans la conception architecturale de leurs monuments avec l'apparition des temples solaires.

Les temples funéraires accolés aux pyramides revêtent une grande importance. Ils sont souvent de grande dimension et composés de matériaux plus précieux que ceux utilisés pour les pyramides elles-mêmes.  Des bas-reliefs dont ils étaient décorés, il ne reste aujourd'hui pratiquement plus rien

La Ve dynastie semble avoir ouvert l'Égypte sur l'extérieur, vers le Nord et vers le Sud. Les reliefs du temple funéraire du successeur d'Ouserkaf, Sahourê, montrent des représentations de pays vaincus et le retour d'une expédition maritime, probablement à Byblos avec des prolongements dans l'arrière-pays syrien. On lui prête également une campagne contre les Libyens. Le règne des successeurs immédiats de Sahourê, Neferirkarê-Kakai, Rênéferef, Chepseskarê, est peu connu.

phoca thumb s 0 06 Durant son court règne, Ouserkaf se fait construire à Saqqarah, non loin du complexe de Djoser une modeste pyramide et inaugure la tradition d'édifier à Abousir un temple solaire, réplique de celui d'Héliopolis, ville dont se réclame la nouvelle dynastie. Le nouvel ordre des choses est exprimé dans le nom d’Horus, iry-maât, "celui qui met en pratique Maât".

 

LES PYRAMIDES

 

PYRAMIDE DE SAHOURE

celle qui apparait dans la clarté

phoca thumb s 1 02 Sahourê second roi de la Vème Dynastie, succéda à Ouserkaf et introduisit  définitivement  le titre de Fils de Rê. Ce fut le premier Roi à faire construire son complexe funéraire d'une exceptionnelle beauté sur le site d’Abousir.

Malheureusement la magnificence des bas-reliefs travaillés dans le beau calcaire de Tourah excita les convoitises et la majeure partie fut démantelée pour fabriquer de la chaux. Seulement 150 m2 subsistèrent, conservés actuellement dans plusieurs musées

phoca thumb s 1 04 Gravement endommagée, la pyramide mesure 77 m de côté et s’élève à 49 m de hauteur. Sur la face Nord de la pyramide, une descenderie dont les parois étaient recouvertes de calcaire fin, menait à la chambre funéraire. Celle-ci était entièrement recouverte de calcaire fin et son plafond consistait en un toit formé de trois assises de maçonnerie dont la majeure partie des blocs sont, malheureusement brisés

phoca thumb s 1 06 La pyramide de Sahouré  très endommagée vue de  la chaussée

phoca thumb s 1 08 A Le cartouche du pharaon Sahouré dans la cour du temple funéraire

Le temple funéraire

phoca thumb s 1 10 Le temple funéraire bien que ruiné présente de nombreux vestiges

phoca thumb s 1 11 D’une l'architecture complexe Il était accessible à la fois par la chaussée ainsi que par une entrée qui comportait un portique à deux colonnes de granite, toujours en place, mais dont les chapiteaux ont disparu.

phoca thumb s 1 12 Le temple était constitué d'une partie d'accueil, avec une première antichambre : la chambre des grands. Elle donnait dans une grande cour à ciel ouvert entourée sur ses quatre côtés de portiques soutenus par seize colonnes palmiformes  monolithes en granite rouge d'Assouan.

Un autel servant au dépôt des offrandes quotidiennes a été retrouvé au nord de cette cour qui distribuait les différentes parties intimes du temple réservées aux prêtres du culte royal. Des 10.000 m2 de bas-reliefs qui ornaient à l'origine les parois du temple, il n'en reste aujourd'hui que 150.

phoca thumb s 1 14 Le temple funéraire a livré de  nombreux reliefs qui ornaient autrefois ses murs. Ils sont exposés désormais dans les musées. Les scènes religieuses où Sahourê présente des offrandes aux divinités majeures et alternent avec des scènes guerrières figurant le souverain sous la forme d'un sphinx debout terrassant les ennemis de l'Égypte, notamment des libyens.

 

PYRAMIDE DE NEFERIRKARE

La pyramide de l'esprit bâ

Successeur de Sahouré, Neferirkarê, qui ne régna qu'une dizaine d'années, est le premier Roi à utiliser un double cartouche pour représenter son nom.

phoca thumb s 2 02 Elle est la plus grande  et la mieux conservé du site.   A la mort du pharaon, elle était inachevée.  A l'origine, ses côtés mesuraient  108 m, et sa hauteur de 68 m. Ces dimensions sont aujourd'hui ramenées respectivement à 100 m et 50 m.

phoca thumb s 2 04 Contrairement aux pyramides royales précédentes, elle est bâtie en assises régulières de blocs soigneusement taillés et ajustés en gradins successifs Le revêtement de la pyramide a probablement été achevé par Niouserrê

On accédait aux appartements funéraires par la face nord. Un couloir s'enfonçait dans le massif de la pyramide et aboutissait à une chambre à herse qui barrait l'accès. Le couloir se poursuivait alors vers l'antichambre puis sur la chambre funéraire du roi.

 

phoca thumb s 2 06 A la mort du roi  la pyramide  était  pratiquement achevée, le temple funéraire partiellement édifié, la chaussée et le temple de la vallée à peine ébauchés. Cela a nous a permis de nous renseigner sur les méthodes de construction du complexe :

1 On édifiait en premier la chaussée pour acheminer les matériaux depuis le port.

2 on creusait les appartements funéraires dans la masse rocheuse, puis le tout était habillé de murs en pierres, le caveau était protégé par plusieurs blocs monolithes disposés en chevrons

3 On édifiait  la pyramide. Des rampes permettaient d'élever les pierres au fur et à mesure que le monument s'élevait

4 Enfin une fois la pyramide suffisamment avancé on commençait à construire le reste du complexe funéraire en commençant par la partie sacrée et en "descendant" vers la vallée, le temple d'accueil étant le dernier élément à être achevé.

Temple funéraire

phoca thumb s 2 10 Il est essentiellement composé de brique crue, ce qui laisse penser que son achèvement fut accéléré. Seules certaines parties, comme le sanctuaire et la salle aux chapelles furent construites avec des blocs de calcaire est situé sur la face Est

Des documents très importants furent découverts par Borchardt lors de fouilles dans le temple funéraire. Ces documents, connus sous le nom de "Papyrus d'Abousir", nous renseignent sur l'économie et la vie quotidienne d'un temple funéraire

Les papyrus hiératiques trouvés au  complexe de la pyramide sont probablement une des contributions la plus notable à l'égyptologie. Ils ont été découverts en 1893 par des agriculteurs locaux et se composent de 300 fragments de papyrus. Ce n’est qu’en 1976 que la mission Tchèque dirigé par  Borchardt a pu tirer pleinement parti de ces documents.

 

PYRAMIDE  NEFEREFRE

phoca thumb s 3 00 La pyramide du roi est située au sud de celle de son père.  Au décès prématuré du  très jeune roi seuls les appartements funéraires souterrains sont achevés. Le temple funéraire bâti  en pierre calcaire est en cours de construction, son sanctuaire est  fini mais non décoré. La pyramide en voie d’édification n’est qu’a sa première assise

C’est  sous le règne de, son  successeur  et  frère  Niouserrê que  la pyramide sera achevée sous la forme  d’un gigantesque mastaba carré. Le temple funéraire sera terminé en brique crue et en bois. Il ajoutera  au temple plusieurs magasins, pour  stocker le matériel du culte et les archives du temple. Deux barques en bois, furent retrouvées dans un de ces magasins.

 

phoca thumb s 3 02 Restitution de la pyramide inachevée de Néferefrê et de son temple funéraire

une partie  (E), réservée  à l'élite de la monarchie, une cour destinée à la présentation des offrandes et aux rites de purification d'usage pour le culte funéraire qui était rendu dans la dernière partie occidentale du monument (D et B), la plus proche du tombeau d'un souverain éphémère (A).

La destination des parties du temple est alors modifiée et seule la partie occidentale est bâtie en pierre calcaire (B).

Au nord de cette partie sacrée, des magasins (C) bâtis sur deux niveaux à l'instar de ceux de Sahourê permettaient de stocker le matériel du culte et les archives du temple

F Au sud, un palais funéraire en brique crue et bois a été édifié .Il se présente sous la forme d'une grande salle hypostyle, dont le plafond était soutenu par une vingtaine de colonnes en bois dont huit bases en calcaire sont toujours en place.  En 1980 il a livré une collection de statues du jeune roi

"Sanctuaire du Couteau" (G).Réservé aux sacrifices rituels des animaux offerts au culte funéraire, fut bâti en briques crues sous le règne de Niouserrê.  De nombreux ossements de bovidés ont  été retrouvés dans les magasins ainsi des restes de vaisselles et récipients destinés à recueillir le sang et la viande de ces offrandes

 

PYRAMIDE DE  NIOUSERRE

La pyramide où sont établis des Dieux

La Pyramide

Niouserrê est connu par le temple funéraire édifié à Abou Ghorab, retrouvé presque complet et donnant une idée de ce que devait être son modèle héliopolitain. Sous son successeur Menkaouhor, un changement intervient. Les fonctionnaires provinciaux et ceux de la Cour ne sont plus nécessairement choisis parmi les membres de la famille royale et gagnent en puissance et en autonomie, minant progressivement l'autorité centrale.

phoca thumb s 4 00 La pyramide de Niouserrê, est la dernière pyramide royale de la Ve dynastie à avoir été édifiée sur le site.

phoca thumb s 4 02 Elle  est très mal conservée. Sa hauteur originelle était de 51 m, la longueur  des côtés de 81 m et l'inclinaison de ses faces de 51°.

phoca thumb s 4 04 Elle est conçue à partir d'un noyau central constitué de sept degrés en pierre calcaire local  et parachevée par un revêtement de calcaire fin de Tourah. Celui-ci prélevé dès la VII dynastie a laissé la pyramide à nue dans un triste état

phoca thumb s 4 06 Le complexe funéraire

Il comprend le temple d'accueil situé en contrebas dans la vallée, sa chaussée montante et son temple funéraire ou temple haut qui jouxte la pyramide royale.

phoca thumb s 4 08 Temple funéraire

Il est situé sur la face Est .Contrairement aux autres, il est en forme de L, et de petite dimension  Le sol de la cour ouverte du temple funéraire est composé de dalles en basalte. Elle est entourée de colonnes de granit à chapiteaux papyriformes

phoca thumb s 4 10 Le Temple de la Vallée

Il  se présentait sous la forme d'un édifice aux murs inclinés ouvert  par un portique Est (1) auquel on accédait par une rampe. Doté de huit colonnes en granite rouge, ce portique donnait accès à un premier vestibule (2) qui abritait des statues royales de grande dimension. Ouvert au nord sur un second vestibule Les bas-reliefs qui subsistent représentent,  le roi piétinant ses ennemis ou organisant ses expéditions à l’étranger

 

 

LES TEMPLES SOLAIRES

ab2

 

Ce n'est pas une sépulture, mais sa structure est proche de celle du complexe funéraire.   Propre à la Ve dynastie, tous ces temples se situent entre Abousir etAbou Ghorab. Nous allons présenter celui de Niouserrê, que l'on sait le mieux reconstitué.  Construit sur le modèle du temple d'Héliopolis. Il est constitué du temple de la vallée où se célèbre le culte, en plein air, suivi d'une rampe d'accès menant à la représentation de benben, obélisque tronqué posé sur un large podium, incarnation du soleil créateur.

Temple solaire de Niouserrê

phoca thumb s 5 00 Découverte

Ce sont Les savants de l'expédition d'Egypte qui en 1798 repèrent ses ruines à  au sud de Saqqarah. Mais C’est John Perring  qui le découvrit en 1837. La  mission des Musées Royaux de Berlin sous la direction deL. Borchardt entreprirent les premières fouilles véritables du temple entre 1898 et 1902

 

phoca thumb s 5 02 Description

Situé sur un promontoire rocheux surplombant de seize mètres la vallée, on y accédait par une  chaussée montante couverte  d'une centaine de mètres qui débouchait  sur porte monumentale, puis sur la cour où s'élevait sur une couche de granit rouge le benben (obélisque géant). D’une hauteur  de trente-six mètres il était édifié en pierre calcaire. Il ne subsiste aujourd'hui que la base du socle. Un escalier interne permettait d'accéder à la terrasse du socle

phoca thumb s 5 04     phoca thumb s 5 06       phoca thumb s 5 08      phoca thumb s 5-10  L'accès à cet escalier se faisait par une salle baptisée la salle des saisons en raison des magnifiques scènes représentant la vie du pays et la campagne égyptienne qui y furent découvertes. La majorité de ces fragments uniques en leurs genres furent emmenés en Allemagne et la plupart furent détruits à la fin de la Seconde Guerre mondiale lors du siège de Berlin.

phoca thumb s 5 12        phoca thumb s 5 14 La cour comprenait des magasins près du  mur nord, des constructions ou se trouvaient des bassins en albâtre. L’hypothèse que ces bassins ' servaient à des rituels d'offrande,  ont improprement appelés ces constructions  "abattoirs. Aucun outil de boucherie n'y a été retrouvé. Ces bassins servaient sans doute à des rituels religieux consistant à y renverser des boissons (vin,  lait) en offrande à Rê

 

phoca thumb s 5 16 Devant l'obélisque se dressait un autel monumental  constitué de 4 signes Hétèp entourant un soleil, formant le rébus "offrande à Rê" vers les points cardinaux. sur lequel étaient offerts à des offrandes quotidiennes.

Le signe Hetep représente un pain placé sur un petit set en roseaux tissés.  Le signe hiéroglyphe Hétèp, signifie «offrandes».

 

Hors de l'enceinte, du côté sud, fut découvert une barque solaire en briques dont la longueur était de trente mètres. Elle est disposée dans une large fosse.

 

Mastaba de ptahchepsès

phoca thumb s 6 00 A proximité des pyramides royales, se trouvent les monuments les plus représentatifs de cette époque, les mastabas des nobles et hauts dignitaires venus chercher à l'ombre de la royale personne de Pharaon, une parcelle d’immortalité.

phoca thumb s 6 02 Intercalé entre les pyramides de Sahourê et Niouserrê, ce mastaba fut découvert en 1893 et fouillé en 1962 par une mission thèque.

Si l'architecture royale évolue très rapidement vers la pyramide, celle des fonctionnaires reste semblable à elle-même dans sa conception même si certaines améliorations techniques, telles que l'emploi de la pierre qui remplace la brique crue, est apportée.

L'intérêt des mastabas de cette époque réside dans les reliefs qui ornent les parois des différentes pièces. On y trouve des illustrations de la vie quotidienne qui nous renseignent très précisément sur les conditions de vie des Egyptiens de l'Ancien Empire

phoca thumb s 6 04 La chambre funéraire abrite encore le sarcophage du Vizir. Deux fosses naviformes se trouvent au sud de la cour, ce qui reste exceptionnel dans une tombe privée

phoca thumb s 6 06Ce mastaba comprend une grande cour composé de 20 piliers et de plusieurs chambres ornées de bas-reliefs..

phoca thumb s 6 08 Texte et relief inscrits sur une architrave de la cour du mastaba de Ptahchepsès

6-10 Ce personnage haut en couleur eut une destinée extraordinaire qui symbolise assez bien la capacité de progression et de promotion sociale que l'Égypte antique pouvait offrir à ses habitants. Évolution sociale grandement facilitée lorsque l'on gravitait dans l'entourage royal, et c'était le cas de Ptahchepsès.

Il avait débuté comme « simple » manucure et barbier du roi, ce qui en soit est déjà une position privilégiée car en contact intime avec la personne royale. Il séduisit une de ses filles, autre « privilège » rare pour un simple notable et finit par devenir le plus important personnage de l'État après Pharaon lorsque celui-ci lui attribua la charge inestimable du gouvernement et de la responsabilité du royaume.

Gendre du roi, vizir du roi, il s'intégra à la famille royale et dirigea une véritable administration de fonctionnaires et de scribes qui contrôlait l'ensemble du pays. En tant que juge suprême, il présidait au tribunal royal et rendait la justice au nom de Pharaon lui-même.

(Ptahchepsès vizir de Niouserrê Wikipédia)

 DIAPORAMA

BIBLIOGRAPHIE

Miroslav Verner Abusir - Realm of Osiris

Audran Labrousse Jean-Philippe Lauer Les complexes funéraires d'Ouserkaf et de Néferhétepès

Jean-Philippe Lauer La pyramide à degrés, III, compléments, Fouilles à Saqqarah

Bretislav Vachala Guide des sites d’Abousir

Paule Posener-Krieger,  Les Archives du temple funéraire de Néferirkarê-Kakai

PHOTOS

Travail personnel à partir des fichiers  Wikimedia Commons    Remerciements à    Jon Bodsworth , Sebi  ,Kurohito  Axel Seedorff , Neithsabes,   Cornell University Library,  kairoinfo4u

La rédaction des articles représente beaucoup de temps et de travail. Si vous les apprécier  merci de cliquer sur j'aime de ma page f   

 Vous y trouverez également  les dernières actualités de l'Egypte.

Fil de navigation