French English German Italian Spanish

 

COMPLEXE DU MEIDOUM 

Situation

Le complexe pyramidal de Meïdoum est situé au Fayoum à 32 km au nord-est de Médinet el Fayoum. Cette ville fut  bâtie sur le site de Crocodilopolis connue dans l'ancienne égypte  pour ses temples consacrés au dieu crocodile Sobek. Au Nord du complexe ,se trouve une nécropole de la 4em Dynastie et les mastabas des nobles

 

AME1

 

Plan

 

AME2

 

LE COMPLEXE PYRAMIDAL

 

On peut y admirer la première pyramide proprement dite que les égyptiens tentèrent de construire. Commencée par le roi Houni, elle fut terminée par son fils Snéfrou, fondateur de la IVème dynastie. C'est le même Snéfrou qui fit ériger les pyramides Rhomboïdales et Rouge de Dahchour. On doit à son fils, Kheops, l'une des grandes pyramides de Gizeh.

La pyramide  à l'origine comportait sept degrés  . Elle fut transformée en pyramide parfaite au moyen d'un revêtement en calcaire de Tourah. De ces sept degrés, trois étages seulement sont encore visibles aujourd'hui. Composée de blocs de calcaire, elle fut certainement construite pour le roi Houni, dernier souverain de la IIIe dynastie.

 

Agrandie et élargie plus tard d'un huitième degré, elle fut enfin transformée par le Roi Snéfrou, par ajout d'un revêtement calcaire, en une pyramide régulière de 147 m de côté et d'une hauteur originelle de plus de 93 m.. Ce revêtement disparut probablement dès le Nouvel Empire par manque d'adhérence.

Une petite chapelle sur le côté Est présente les principales caractéristiques d'un temple. Elle est composée de deux chambres parallèles puis d'une petite cour dans laquelle on trouve deux stèles et une table d'offrandes.

Gaston Maspero trouva en 1881 l'entrée de la pyramide à onze mètres au-dessus du sol, mais l'essentiel du travail fut réalisé par Flinders Petrie qui pénétra pour la première fois dans la pyramide en 1881 lors des fouilles effectuées dans la zone entre 1888 et 1891. Une longue descenderie de pente assez raide traverse la masse calcaire de la pyramide sur une profondeur d'une cinquantaine de mètres. Elle aboutit à un couloir horizontal dans lequel se trouvent deux logettes faisant office d'antichambres. Au bout de ce couloir bas de plafond se trouve un puits vertical par lequel on monte à la chambre funéraire.

Les travaux des architectes Gilles Dormion et Jean-Yves Verd'hurt, qui étudient les pyramides depuis 1986, ont permis la découverte de deux nouvelles chambres funéraires dans la pyramide. Il s'agit d'un passage découvert en haut du puits d'accès à la chambre funéraire inachevée de la pyramide. Ce court passage est suivi de deux chambres de décharge, en voûte en encorbellement comme la chambre funéraire, mais d'une facture soignée. Il n'y a aucune communication entre ce passage et les chambres. La seconde découverte fut celle d'un couloir remontant dans le massif de la pyramide de manière parallèle à la descenderie que l'on emprunte en entrant dans la pyramide. Le couloir est cependant obstrué après un cheminement assez long.

Cette découverte a permis de réinterroger le plan d'ensemble de la pyramide. Les espaces nouvellement mis au jour sont d'une ampleur presque égale au dispositif initialement connu de la pyramide de Meïdoum.  Aujourd'hui, seuls trois étages sont encore visibles. Ils sont composés de blocs de calcaire de couleur jaunâtre.

 

MASTABAS du MEIDOUM

Avant propos

A l’époque préhistorique, les tombes primitives étaient de simples fosses creusées dans le sol et souvent recouvertes d’un tertre de terre afin de protéger le corps du défunt des attaques des animaux sauvages. Progressivement, l’égyptien antique acquit la certitude d’une survie après la mort d’où la nécessité de protéger le corps physique,  en pratiquant  la momification et en protégeant la momie dans des tombeaux souterrains

Tombes typiques de la noblesse et des hauts fonctionnaires de l’Ancien Empire, elles furent construites dans un premier temps en brique crue. Véritables maisons d’éternité elles devaient ’offrir au défunt  les conditions parfaites de survie éternelle. C’est pourquoi l’on rechercha très tôt un matériau fait pour durer, en l’occurrence la pierre largement disponible en Egypte tant en quantité qu’en qualité.

 

AME6

 

La superstructure rectangulaire en forme de banquette  est orientée  sur un axe nord-sud et construite au-dessus d'un ensemble souterrain composé de la chambre sépulcrale et de magasins.

En règle générale, le mastaba se présentait comme un vaste parallélépipède dont les murs étaient garnis de redans. Sur la face Est une fausse porte permettait à l’âme du défunt de sortir du tombeau. Cette niche était aussi le lieu où l’on déposait les offrandes. Un puits ( A) descendait dans la roche pour atteindre l la chambre funéraire (B) Une fois les funérailles achevées, le puits était comblé et l’ouverture dissimulée aux regard indiscrets

 

AME5

 

A Meïdoum, elles étaient doubles et comprenaient deux chapelles jumelles cruciformes tapissées de blocs de calcaire décorés, l’une pour le défunt et l’autre pour son épouse. Leur taille imposante, l'emploi d'une maçonnerie en brique, un revêtement extérieur en "façade de palais" les apparentent aux grands mastabas royaux  et des deux premières dynasties ainsi qu'à ceux des hauts dignitaires de la IIIème.

Découverte

En 1871, l’archéologue Albert Daninos pacha  sous les recommandations d’Auguste Mariette effectua des fouilles nord-ouest d'el-Ouata dans le champ de mastabas de la IVe dynastie situé près du Fayoum. Il mit au jour mit au jour le mastaba  dit de Rahotep fils  ainé de Snéfrou. Celui-ci mourut avant son père, ce fut Chéops son frère qui succéda à Snéfrou.

En 1872, Auguste Mariette  poursuivit les fouilles et découvrit dix nouvelles tombes dont celle du vizir Néfermaât. Le vizir Néfermaât était le fils aîné de Snéfrou.  Il décéda avant son père, ce qui permit ensuite à Chéops de monter sur le trône. Son mastaba, le seizième, était l’un des plus grands de la nécropole. Les oies de Meidum faisaient partie d’une vaste composition murale ornant la chapelle d'Atet. Elle est conservée au musée du Caire.

Vers 1911, le Service des antiquités, constatant que les gardiens étaient impuissants à protéger les tombeaux de Rahotep et ses voisins contre les voleurs d'antiquités, partagea les blocs décorés avec Flinders Petrie. Ils sont exposés partie au Caire et partie au musée britannique. Flinders Petrie fit réensabler la nécropole..

 

Mastaba de Rahotep et Néfret 

0n y a trouvé  deux très belles statues de Rahotep et Néfret. Le jour de leur découverte, les peintures étaient réellement criantes de véracité que les ouvriers  croyant voir des morts vivants, effrayés, ont fuient.

Rahotep vêtu d’un pagne blanc porte à son cou  un petit collier avec un pendentif.  Il  tient sa main droite sur son cœur et sa main gauche sur son genou.   Néfret perruque noire  maintenue par un bandeau décoré est vêtue d’une robe et d’un manteau blanc. Elle porte un diadème ornementé de rosette. Sa main droite est sur son cœur tandis  que la gauche est dans son manteau.

 

Mastaba M16  de Néfermaât.

Nefermaat était le fils ainé ( ?) de Snéfrou et son vizir . Il décéda avant son père, ce qui permit ensuite à Chéops de monter sur le trône... Il était marié avec Atet, avec laquelle il partage la tombe. Son nom signifie « beauté/ perfection de la justice (Maat) ». Superviseur de tous les travaux du roi », il a dû être responsable de la construction de la pyramide de Meïdoum.

Son mastaba, le seizième, était l’un des plus grands de la nécropole. Il était décorée de scènes familiales et  de la vie quotidienne particulièrement intéressantes Les oies de Meidum faisaient partie d’une vaste composition. Malheureusement elle connu le même sort que les bas-reliefs de Rahotep. Aujourd’hui, ces fragments de peintures sont dispersés au quatre coins du monde.

 

AME3

Source : Original   (27 × 172 cm.) : Les Oies du Meïdoum Fresque en enduit peint de la chapelle d'Atet. Musée égyptien, Le Caire. Rénovation André Fabié

Sont particulièrement frappants les tons naturels de la peinture, appliquée sur une couche de stuc couvrant elle-même un enduit de terre. Des plantes d'un vert tendre, aux fleurs rouges, évoquent le paysage des rives d'un étang.

 

VISITE GUIDEE   

 

phoca thumb s ME02 Appelée "la fausse pyramide" par les Arabes, la pyramide de Meïdoum, de forme tronconique, fut construite par le Roi Houni, dernier souverain de la III Dynastie, elle comportait à l'origine sept degrés.Aujourd'hui, seuls trois étages sont encore visibles.Ils sont composés de blocs de calcaire de couleur jaunâtre.

 

phoca thumb s ME04 Pyramide de Meïdoum vue du ciel.

phoca thumb s ME06 pyramide de Meïdoum. est, à la limite  de la plaine alluviale, qui  est sillonnée d'un système de canaux nécessaires à l'irrigation de zones cultivées.

phoca thumb s ME08  structure de Meïdoum est très originale : initialement, la pyramide aurait dû avoir sept degrés, puis un agrandissement sur les côtés l'aurait transformée en pyramide à huit degrés recouverte, beaucoup plus tard, d'un revêtement lisse.

phoca thumb s ME10 Vu de l'angle  Nord Est  depuis le mastaba 17.

phoca thumb s ME11 Les raisons qui poussèrent Snéfrou à abandonner, au cours de la quinzième année de son règne, le site de Meïdoum pour aller construire une nouvelle résidence à Dachour sont encore très floues. Peut-être désirait-il se rapprocher du Delta afin de mieux le contrôler.

phoca thumb s ME12 Le temple funéraire ou shrine  est implanté à l'Est de la pyramide, c'est un simple sanctuaire qui abritait une table d'offrandes et deux stèles anépigraphes représentant le roi.

phoca thumb s ME13 C'est là que furent découverts lesfameux graffiti du Nouvel Empire.

phoca thumb s ME14 Vestige de  face lisse de la pyramide.

phoca thumb s ME16 Vue de la face Nord  L'entrée est localisée sur la face  nord de la pyramide, au-dessus du niveau du sol. Un passage descend sous terre  et finit sur un passage horizontal. Deux petites chambres s'ouvrent a gauche et à droite de ce passage. À son extrémité un puit vertical amène 6 mètres plus haut à la chambre funéraire.

phoca thumb s ME18 Une longue descenderie de pente assez raide traverse la masse calcaire de la pyramide sur une profondeur d'une cinquantaine de mètres. Elle aboutit à un couloir horizontal dans lequel se trouvent deux antichambres.

phoca thumb s ME20 Première chambre funéraire de la pyramide , voute en encorbellement.

phoca thumb s ME22 Sarcophage de Rahotep  exposé près de la pyramide.

phoca thumb s ME30 Mastaba M17 vue de l'angle Nord Ouest de la pyramide  Ces tombeaux construits dans un premier temps en brique crue  est l’élément le plus représentatif de l'architecture funéraire de la Ière dynastie   La superstructure rectangulaire en forme de banquette  est orientée  sur un axe nord-sud et construite au-dessus d'un ensemble souterrain composé de la chambre sépulcrale et de magasins.

phoca thumb s ME32 Pyramide vue du Mastaba M17.

phoca thumb s ME34 Façade du mastaba M17 vestiges des murs à redans.

phoca thumb s ME36 Ouverture dans la façade conduisant à l'intérieur  du mastaba 17.

phoca thumb s ME38 Tunnel conduisant à la Salle funéraire - Salle funéraire.

phoca thumb s ME40Les célèbres oies, fait partie d'une vaste composition murale ornant la chapelle d'Atet.

phoca thumb s ME42 les deux splendides statues de Rahotepe et  de son épouse Néfret en calcaire peint trouvées dans la chapelle.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Teodozja Rzeuska Dépêche du Ministère Polonais de la Science

Fondation J E Berger World Art treasures

WIKIPEDIA http://fr.wikipedia.org/

Gilles Dormion Jean-Yves Verd’hurt The pyramid of Meidum

Tombeaux de l’Égypte ancienne, Richard Lebeau, Edition autrement

Kurohito/ Photos voyage en Égypte

 

 

Fil de navigation