French English German Italian Spanish

LE TEMPLE D’AMADA

 ama00

Le temple en 1839 peint par David Roberts

SAUVETAGE

Bâti il y a 3 000 ans, ce temple appartient à la meilleure époque de l'art égyptien. Ses sept salles sont ornées d'inscriptions, de fines sculptures et de merveilleuses peintures restées intactes. En raison de la fragilité de celles-ci, Il fallait le déplacer tout d'une pièce. En raison de sa fragilité le temple ne pouvait être démonté. Le Temple tout entier a été déplacé sur le site de la nouvelle Amada Ce déplacement sur 2600m et une dénivellation de 65 mètres a constitué une prouesse technique. Ces opérations ont été exécutées par la France qui les a financées. Au préalable la partie antérieure du sanctuaire avait été démontée et déplacée par la RAU. Voir le temple sur son nouveau site: ici

Découper en blocs petit temple d’Amada aurait était irréalisable, car les peintures n’auraient pas résisté. Voyant que tous acceptent l’idée de voir ce temple englouti par les eaux du lac Nasser, Christiane Desroches Noblecourt prit alors sur elle de s’écrier : « La France le sauve ! ».Elle demanda à deux architectes de lui proposer une méthode pour déplacer le temple en un seul bloc. Ceux-ci imaginèrent alors de mettre le temple en précontrainte, de glisser des poutrelles en béton sous son assise, puis de le déposer sur une plate-forme munie de roues, de placer celle-ci sur des rails installés exprès, et de transporter à 2600mètres de là, en un lieu plus haut de 65 mètres

 ama01

L’idée ayant été jugée réalisable techniquement, il fallait se donner les moyens financiers de la réaliser. À cet effet, Christiane Desroches Noblecourt demanda une audience à Charles de Gaulle, qui ignorait l’engagement qu’elle avait osé prendre en son nom sans en référer à quiconque. Lorsqu’il l’apprend, il se raidit : « Comment, madame, avez-vous osé dire que la France sauverait le temple, sans avoir été habilitée par mon gouvernement ? ». Jouant le tout pour le tout, Christiane Desroches Noblecourt répondit par l’attaque : « Comment, Général, avez-vous osé envoyer un appel à la radio, alors que vous n’aviez pas été habilité par Pétain ? ». Le général sourit et le temple d’Amada fut bel et bien sauvé par la France. Heureuse époque où la République française trouvait toujours l’argent nécessaire lorsqu’il fallait le consacrer à de nobles causes et à la tenue du rang de la France !

Le temple, qui pesait près de 800 tonnes, dû être littéralement empaqueté afin qu'il conserve sa rigidité. Ci-dessous, de gauche à droite : des poutres de béton armé furent disposées sous le temple; celui-ci a été ficelé par un chaînage, puis des poutres porteuses ont été disposées; l'ensemble pouvait enfin être déplacé sur un dispositif de roulement portant sur trois voies ferrées.

 

 ama02

CEDAE Cahier IV

 

Les chariots portant des vérins hydrauliques constituant pendant le trajet un système de suspension qui compensait automatiquement le dénivellement des voies. La poussée s'effectuait, centimètre par centimètre, au moyen de vérins alimentés par des pompes hydrauliques.

 

LE TEMPLE SUR SON SITE D’ORIGINE

Le temple d’Amada se dressait sur la rive gauche du Nil sur un site aride et inhabité à deux cents kilomètres au sud du temple de Philae. La raison de la construction d'un temple dans un tel endroit n'est pas évident. Il semble avoir été un lieu sacré durant la XIIe dynastie. Il est possible que Sésostris III y érigea un premier sanctuaire car son nom apparait dans le temple.

Il a été construit et décoré par trois pharaons successifs de la XVIIIe dynastie, Thoutmôsis III, Amenhotep II et Thoutmôsis IV .Construit entièrement par assises de pierre, c’est le seul temple de la Nubie égyptienne qui nous soit parvenu bien   conservé. Il   ne possède pas de spéos ou de hémi-spéos, il n’est pas rupestre, et ne contient pas de niches contenant des statues au fond du sanctuaire. Bref il est le seul temple à se démarquer de tous les autres temples de basse Nubie.

Le Temple est relativement petit, abritant une salle hypostyle et une chapelle dédiée à Amon-Rê et à Rê-Harakhty. Le pylône qui autrefois marquait l'entrée du temple n'existe plus. Malgré sa petite taille, le temple présente un grand intérêt pour la beauté et la préservation de ses reliefs muraux.. Il est dédié à Amon-Ra et Ra-Horakhty considérés comme les protecteurs de la Nubie. Les représentations d'Amon n'ont pas échappé au zèle iconoclaste d'Akhenaton, dont la haine envers Amon l’a amené a martelé systématiquement toutes ses représentations .Sethy I a restauré les martelages comme il l'a fait dans de nombreux temples en Egypte.

Plan Interactif : En cliquant sur un numéro cerclé le tableau qu'il représente sera visualisé dans une nouvelle  fenêtre. N'oubliez pas de la fermer par la suite. La description des scènes est donnée dans le chapitre Décoration

 

 ama03

Pylône B

Depuis le Nil, On accédait au temple d'Amada par une   rampe en brique d’une longueur de 30 m au Pylône. La porte d'entrée du temple en grès jaune a perdu son linteau, elle s'élevait entre les deux tours d'un pylône en briques crues dont il ne reste plus rien. Le pylône était sans doute pourvu d'un escalier menant à son sommet. Sur ses cotés Nord et sud, des vestiges de briques crues   rappellent l'enceinte qui devait entourer le Temple.  

La porte d'entrée donnait accès à une simple cour fermée par des murs de briques. Au fond de celle-ci se dressait le portique protodorique et la façade du temple proprement dit. Thoutmôsis IV la transforma en une salle hypostyle en y élevant trois rangées de quatre piliers soutenant les architraves et des dalles formant le plafond

Les chrétiens convertirent le temple en église et recouvrirent les bas- reliefs antiques de plâtre puis mauvaises peintures. Ils élevèrent sur le toit de la salle hypostyle une coupole ronde qui n'existe plus aujourd'hui. Il semble également qu’un couvent de moines ait été adjoint à l'église

Salle Hypostyle

Cour, portique et paroi du fond sont l'œuvre des deux premiers constructeurs du temple, Thoutmôsis III et Amenhotep II. Puis le successeur de ce dernier roi, Thoutmôsis IV, désirant embellir le temple remplaça les murs latéraux de briques par de solides parois en pierre sur lesquelles il put représenter des scènes religieuses consacrées à la gloire du dieu local; en même temps, il couvrit la cour d'un plafond constitué par de larges dalles de pierre.

Pour asseoir et soutenir ce plafond il éleva six piliers carrés isolés et trois piliers encastrés dans chacun des deux murs latéraux, soit en tout douze piliers, qu'il orna d'inscriptions et de tableaux à son nom. Ainsi est née la salle hypostyle de Thoutmôsis IV, qui s'est accolée au portique protodorique de ses deux prédécesseurs, de façon à former un seul ensemble reposant sur seize colonnes ou piliers.

Les chrétiens convertirent le temple en église et recouvrirent les bas- reliefs antiques de plâtre puis mauvaises peintures. Ils élevèrent sur le toit de la salle hypostyle une coupole ronde qui n'existe plus aujourd'hui. Il semble également qu’un couvent de moines ait été adjoint à l'église

Vestibule

Au sortir de la salle hypostyle on débouche dans le vestibule. La paroi du fond comporte trois portes qui donnent accès au sanctuaire et aux salles latérales. Son plafond est percé de deux fenêtres, par lesquelles elle reçoit le jour.

Elle est très bien conservée grâce au revêtement de terre dont les chrétiens avaient recouvert toutes les scènes et inscriptions et qui a protégé efficacement les reliefs contre les outrages du temps. Celte salle étant celle où les couleurs sont le mieux conservées, toutes les scènes en ont été reproduites par les aquarelles de. C. Oropesa

SANCTUAIRE.

Le sanctuaire situé tout au fond du temple est une salle oblongue de 2.35m de largeur sur 6 mètres de long et 3,80m, de haut. Il est éclairé par la porte de l’antichambre et par deux fenêtres transversales creusées dans le plafond

DECORATION

Les scènes peintes sont d'une rare qualité et témoignent encore aujourd'hui de la prouesse des artistes. Les reliefs sont ici parmi les mieux préservés de toute la Nubie, ayant conservé leurs couleurs. Cela est du au fait que les Chrétiens Nubiens ont plâtré ces reliefs lorsqu'ils ont commencé à utiliser le temple comme église. Plutôt que de détruire les oeuvres murales, le plâtre a permis de préserver ces représentations.

Mais ce qui caractérise le décor mural, c'est le jumelage fait entre les scènes représentant les deux premiers pharaons : le registre supérieur, consacré à Thoutmosis III vénérant Amon s'harmonise avec le registre inférieur figurant Aménophis II devant Rê-Horakhty, dans une même symbolique. Thoutmosis IV ne brisera pas ce rythme et se fera représenter en double, en quelque sorte par le biais des signes, pour être en harmonie avec les deux critères d'Amon-Rê le soleil et le fleuve.

VESTIBULE.

Entrée.

1 Le Chancelier Bay porte-éventail du roi s’agenouille devant devant les cartouches de Siptah l'avant-dernier souverain de la 19ème dynastie

La reine Taousert, portant un sistre.,

Paroi Ouest

2 Purification du roiAmenhotep II par Thoth et Horus au moyen de l'eau divine sous la forme d'un double jet de signes de vie bleus, qui lui est versé pardessus la tète, à l'aide de deux vases.La pluie de signes de vie ne tombe pas directement sur la tête du roi, mais sur son cartouche qui est gravé horizontalement au-dessus de sa tête): Elle retombe verticalement de chaque côté du roi pour finir à la pointe antérieuredu socle de chaque dieu.

3 A Droite Thoutmôsis III est accueilli dans la salle par la déesse Isis qui l'embrasse. Le roi tient de la main droite un bâton, rouge, de la main gauche pendante il tient le signe de vie . Le roi, sans barbe, est coiffé d’un bonnet muni de l'uraeus . Les deux visages sont bouche à bouche et la déesse passe son bras gauche par-dessus l'épaule droite du roi et derrière sa tête, tandis que sa main droite vient rejoindre la main gauche qui retombe sur la poitrine du roi: trouve ainsi complètement embrassé. A Gauche  :  Au-dessous, le roi Amenhotep II présente de la main gauche le petit brûle-parfums, tandis que de la main droite il répand en deux jets sur deux- autels jumeauxle contenu d'un vase devant le dieu Amon-Râ debout quitient en mains le sceptre f et lacroix de vie.

Paroi nord

4  Amenhotep II , les jambes écartées dans l’attitude de la course est devant Amon-Râ debout. Il tient de la main gauche relevée à hauteur de son épaule une équerre et de la main droite ramenée sur sa poitrine une rame inclinée .

Paroi Est

A Droite    Sous la protection du vautour d'El-Kab Amenhotep II est debout auprès de Rê-Horakhty assis qui pose sa main droite sur son épaule droite, tandis que de sa main gauche il soutient le bras gauche du roi.    A Gauche  Sous la protection du vautour deBouto Thoutmôsis III  est debout auprès d'Amon Râ ( c'est la symétrie du panneau droit )

Paroi Sud

6  Le tableau, que domine un ciel bleu, comprend trois: Thoutniôsis III et deux divinités. Au sommet, au-dessus de la tète du roi, le disque solaire flanqué des deux uraeus déploie horizontalement ses ailes. Au-dessous Thoutniôsis III les bras ballants la main gauche tenant le signe de vie, est debout entre Horus d’Ibrim et Rê-Horakhty . Horus pose sa main droite sur l’épaule gauche du roi. et Rê-Horakhty lui fait respirer le signe de vie.

SANCTUAIRE

Paroi Nord

7 Sous la protection du vautour de Bouto Amenhotep II serre la main du dieu Rê-Horakhty debout devant lui qui lui présente les emblèmes (djed, ankh, ouas), tandis qu'à gauche le par le haut du buste. A Gauche Hathor embrasse le roi en tenant son buste de sa main gauche. Son bras droit tient un signe de vie peint en bleu. Elle est coiffée du disque et descornes munies de l'uraeus.

8 Sous la protection du vautour d'El-Kab Amenhotep II présente des offrandes au dieu .Amon-Râ assis devant lui.Le roi tend la main droite en avant pour la présenter les offrandes,de la main gauche il tient le bâton et la massue.Amon-Râ assis, tient en mains le sceptre et le signe de vie.Les offrandes amoncelées à ses pieds consistent en vases de diverses formes ,en un encensoir, des Fleurs de lotus , des pains et gâteaux, des oies, des fruits, des quartiers de viande .

Paroi Sud

9 Sous la protection du vautour d'El-Kab   Thoutmôsis III est accueilli dans le sanctuaire par le dieu Amon-Rà qui lui serre la main et lui fait respirer la vie et par la déesse Satit qui l’embrasse en le tenant par le haut du buste. Le roi est debout entre les deux divinités.

10 Sous la protection du vautour de Bouto Thoutmôsis III tenant en mains le sceptre , le bâton et la massue présente un monceau d’ offrandes variées à Râ assis devant lui.

Paroi Est

11 Bas Une grande stèle de vingt lignes, datée de l’an 3 du règne d’Amenhotep II relatant sa campagne en Syrie et l'achèvement du sanctuaire.

Haut  l

Tout en haut plane le disque solaire flanqué des deux uraeus, les ailes sont disposées en demi-cercle, le ciel peint en bleu surmonte le disque et les ailes. Au-dessous du disque, la barque solaire occupe toute la largeur de la scène. Elle repose directement sur le ciel bleu ou elle est censée naviguer. Sur la barque, le roi Amenhotep II. à droite, offre deux vases à vin à Rê-Horakhty et Amon-Râ assis devant lui.

 

ama04

Salle A

12 Paroi Est : A Droite :  Sous la protection du vautour de Bouto Thoutmôsis III présente deux pains àRê-Horakhty debout devant lui. A Gauche : Sous la protection du vautour d'El-Kab   Amenhotep II présente de la main droite de l'encens à Amon-Râ debout devant lui; la main gauche, pendante, tient le signe de vie.

13 Paroi Nord

Registre inférieur   Sous la protection du vautour d'El-Kab Amenhotep IIest debout entre Horus d’Edfou et Rê-Horakhty tous deux également debout.Le roi tient un bouquet dans sa main droite tandis que de la main gauche tient le signe de vie.

Registre supérieur le roi Amenbotep II est debout entre la déesse Hathor et Amon Râ tous deux debout également debout.Le roi présente à Amon Râ une botte d'oignons tandis que de la main gauche il tient le signe de vie.

Salle B

14 Paroi Est

Registre inférieur   A Gauche : Sous la protection du vautour d'El-Kab , Amenhotep II offre un vase incliné à Rê-Horakhty debout devant lui. A Droite . Sous la protection du vautour de Bouto , Thoutmôsis III offre de l’encens à Rê-Horakhty.

Registre supérieur A Gauche : Sous la protection du vautour d'El-Kab , Amenhotep II présente deux vases de fard à Amon Râ. A Droite . Sous la protection du vautour de Bouto , Thoutmôsis IIIoffre u vase à huile à Amon Râ debout devant lui.

15 Paroi Ouest

Registre inférieur : A Droite : Sous la protection du vautour de Bouto , Le roi est complètement décapité.     A Gauche : Il ne reste que la figure du dieu Amon assis.

Registre supérieur   A Droite :   Amenhotep IIdebout, reçoit la vie qui est présentée à ses narines par le dieu Amon. A Gauche : Thoutmôsis III répand par dessus la tête d'Amon-Rà debout devant lui le contenu d'un vase qu'il tient à deux mains.

16 Paroi Sud

Sous la protection du vautour de Bouto, Thoutmôsis IIIprésentede la main gauche un brûle- parfums à Rê-Horakhty assis devant Lui.

Salle C

17 Paroi Nord   Cette paroi est décorée aux noms d'Amenhotep II

Registre inférieur

1er Tableau    A gauche, protégé par l'uraus ailé Amenhotep II présente un pain long et étroit, pointu au sommet et arrondi à la base, peint en jaune, au dieu Rê-Horakhty debout.

2ème Tableau  Sous la protection du vautour d'El-Kab , Amenhotep II fait l'offrande des deux vases à vin. A Rê-Horakhty debout devant lui.

3ème Tableau  Protégé par l'uraus ailé de Bouto , Amenhotep II offre a Rê-Horakhty assis devant lui quatre.

Registre supérieur    

1er Tableau : Sous la protection du vautour d'El-Kab , Amenhotep IIprésente à Amon-Râ debout devant lui deux vases à lait. 2ème Tableau : Sous la protection du vautour de Bouto, Amenhotep IIoffre les deux vases à libation à à Amon-Râ debout devant lui. 3ème Tableau :   Sous la protection du vautour d'El-Kab , Amenhotep II présente à Amon de Karnak assis devant lui un petit encensoir et un amoncellement d'offrandes.

18   Paroi sud

Elle est de même dimension que paroi nord et sa décoration est identique :

Registre inférieur     1er Tableau   : Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis IIIoffre quatre oiseaux , du papyrus et du lotus) à Rà debout devant lui. Derrière le roi. la déesse Hathor présente un sistre et un collier menât .

Le sistre est un instrument de musique qui produit un bruit de crécelle quand on l'agite. Il sert à marquer le rythme pendant les manifestations musicales. Le sistre est un des attributs de la déesse Hathor, il doit son nom au bruissement que la vache faisait en passant dans les buissons de papyrus. Hathor agite le sistre pour écarter les mauvais esprits. Le collier menat peut être aussi utilisé comme instrument de musique dans les cultes liés aux défunts, on l'agite comme un sistre..

2ème Tableau : Sous la protection du vautour de Bouto Thoutmôsis IIIprésente deux pains dont il ne reste plus que la partie supérieure à Rê-Horakhty. 3ème Tableau : Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis IIIprésente deux vases à Rê-Horakhty.

Registre supérieur    

1er Tableau   Thoutmôsis III étend la main droite vers l'épaule de Rê-Horakhty  tandis que sa main gauche tient la croix de vie . 2ème Tableau :   Thoutmôsis IIIest dehout, les bras ballanls, devant Amon de karnak . 3ème Tableau : Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis III offre deux vases, jaunes à Rê-Horakhty  debout. 4ème Tableau : Sous la protection du vautour de Bouto Thoutmôsis 111 offre deux gâteaux à Amon-Râ.

 

Salle D  

19 Paroi Nord

Registre inférieur   ( 3 tableaux)

1er Tableau   Il représente la course du roi autour de l'aire du temple Thoutmôsis III est en présence du dieu Rà. Le roi est coiffé de la couronne du nord, rouge, et de l’uraeus.Il est représenté dans l'attitude de la course.Le roi tient de la main gauche une massue , tandis que de la main droite ramenée sur sa poitrine il tient le fouet .

2ème Tableau   Thoutmôsis III   est debout devant Rê-Horakhty  également debout. Le roi est coiffé de la couronne du nord et de l’uraeus; tient de la main gauche une massue et une longue canne rectiligne, tandis que de sa main droite il lance sur la représentation du temple de l’encens destiné à le purifier .

3ème Tableau Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis III est debout devant Râ à qui il fait offrande et libation. De la main gauche il présente à Râ un brûle -parfum et de la main droite il répand sur un autel le contenu d'un vase .

Registre supérieur    

1er Tableau   Le roi Thoutmôsis III coiffé de la couronne du nord et de l'uraeus est debout devant Amon-Râ également debout. Au-dessus de la tète du roi est représenté le disque solaire flanqué des deux uraeus.

2ème Tableau   Ce tableau a étéremanié l'image du roi est, dessiné de façon grossière et a été sculpté et peint par-dessus une autre image, préalablement martelée dont les contours sont cependant assez visibles. Thoutmôsis III est debout devantla déesse Safkhit-aboui. La scène représentait avant la mutilation, le roi et la déesse Safkhit- aboui tendant le cordeau sur les pieux pour établir l'enceinte du temple.

3ème Tableau     Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis III est debout devant Amon-Râ . Il tient de sa main gauche le baton vertical et de sa main droite le signe de vie.

4ème Tableau Sous la protection du vautour d'El-Kab Thoutmôsis III serre de sa main gauche la main Amon-Râ tandis que de sa main gauche il présente aux narines royale le signe de vie.

20 Paroi Sud   La disposition de la décoration est la même que sur la paroi Nord. Les reliefs y sont en plus mauvais état . presque toutes les figures des rois et des dieux du premier registre ont été martelées ,cassées aux époques post-pharaoniques. Enfin cette paroi est décorée aux noms d'Amenhotep II.

Registre inférieur    

1er Tableau   Amenhotep II est accueilli par. Horus et Rê-Horakhty  qui l'encadrent. Le roi tient de sa main droite l'épaule gauche de Rê-Horakhty  tandis que sa main gauche tient le signe de vie.Le visage du roi est détruit.A sa droite, Horus pose sa main droite sur son épaule gauche .

2ème Tableau   Sous la protection du vautour d'El-Kab Amenhotep II est debout devant Rê-Horakhty .Le roi brandit le sceptre de sa main gauche élevée en arrière au-dessus de sa tète, tandis qur sa main droite esttendue en avant dans la direction de Rê-Horakhty .

3ème Tableau   Sous la protection du vautour de Bouto Amenhotep II estreprésenté dans l'attitude de la course rituelle des vases. Il tient dans chaque main un vase et le bras gauche est replié sur sa poitrine.

Registre supérieur

1er Tableau : Ce tableau représente la consécration à Amon des quatre veaux traditionels : noir, blanc, rouge et tacheté. Amenliotep présente quatre veaux vivants à Amon debout devant lui.

2ème Tableau / Ce tableau est complètement décoloré: il était, en outre, presque complètement recouvert, dans les parties supérieures, par la fiente des chauves-souris; cette croûte d'excréments avait durci au point d'être presque aussi résistante que la pierre, et il a fallu la casser à coups de ciseau pour arriver à lireles hiéroglyphes. Amenhotep II présente des viandes toutes découpées à Râ et Amon-Rà devant lui.

 

21   Paroi EST

Elle est très endommagé par l'ouverture d’une porte sur le registre inférieur, destinée à la faire communiquer avec la petite salle du fond. Cette porte a été murée à nouveau par le Service des Antiquités en décembre 1909 pour rendre à l'ensemble du monument son aspect

primitif. Tout le milieu du registre inférieur et le bas du registre supérieur ont à jamais disparu. La paroi est, en outre, couverte de fumée noire et de fiente de chauves-souris durcie

Registre supérieur

Tableau de gauche : Amenhotep II coilfé du bonnet muni de l'uraeus tient de la main gauche un brule parfums avec lequel il offre de l'encens à Amon Râ debout devant lui. Tableau de droite : Thoutmôsis III coilfé du bonnet muni de l'uraeus offre deux vases à vin à Amon Râ debout devant lui.

Bibliographie

Henry Gautier  Les Temples immergés de la Nubie : Le Temple d’Amada Tome1 1913. Le Temple d’Amada Tome2 1926

C.D.A.E Le Temple d’Amada Cahier1 1967

Le Courrier de L’Unesco Victoire en Nubie. Décembre 1964

Photos   Contributeurs : Dennis C Jarvis -- Verity Cridland-- Anfabéou -- Egypte Eternelle --Rita Willlaert --Jose M. Rus  -- HENRI GAUTHIER ( Dessins )


 La rédaction des articles représente beaucoup de temps et de travail. Si vous les apprécier  merci de cliquer sur j'aime de ma page f   

 Vous y trouverez également  les dernières actualités de l'Egypte.

 

Fil de navigation