French English German Italian Spanish

DEBOD

 

 deb1

Dessin de  F R É D É R I C - L O U I S N O R D E N . 1797

On y remarque un grand et long édifice, bâti de grandes pierres de taille, fermé de toutes parts, à l'exception de la façade, où il y a une grande porte, et comme deux fenêtres de chaque côté formées par quatre colonnes. Au haut de l'édifice règne une simple corniche, au-dessous de laquelle, ainsi qu'aux quatre angles, est le cordon que l'on voit d'ordinaire dans les bâtiments égyptiens. Cet édifice est entouré d'une muraille assez haute, fort endommagée, surtout vers le portail. A la droite, voit un morceau de muraille de grandes pierres carrées, et qui aboutit à ce bâtiment. Vis-à-vis de la façade, il y a une file de trois portails, qui semblent faire le passage pour conduire à un canal de quarante pieds de largeur, et dont la sortie aboutit au Nil. Ce canal est ruiné et rempli de sable. On ne laisse pourtant pas de remarquer que ses bords étaient revêtus d'une épaisse muraille faite de grands blocs de pierre. On peut s'apercevoir qu'il y a des colonnes au dedans du principal édifice, qui, à ce qu'on en peut juger, a servi anciennement de temple.

deb4

Debod en 1839 déssiné par David Roberts

Ce n'est que douze siècles plus tard qu'il est redécouvert. Les égyptologues les plus réputés le visitèrent, Belzoni, Champollion et surtout Maspero qui entamera sa restauration

deb2.

Margaret A MURRAY   Debod en  1931

Le temple de Debod a été dédié par le roi méroïtique Adijalamani (vers 180 av. J.-C.). Il a été réalisé en l’honneur du dieu Amon de Debod et de la déesse Isis. Il fut ensuite agrandi par le roi Ptolémée VI Philométor. Un nouveau naos a été ajouté par Ptolémée XII  Dionysos. L'ancien nom de ce temple était Ta-ché, "La Demeure".

Le temple bâtit sur une colline rocheuse, était orienté d'Est en Ouest ou se trouvait le sanctuaire. Du Nil, on y accédait par un canal aboutissant à un quai de pierre, puis par une route pavée de quelques mètres de longueur. Entièrement détruite elle se poursuivait jusqu’au premier portail de l'entrée du temple. Lors de la crue du Nil l’eau submergeait les vestiges du quai et de la route.

L’enceinte en pierre en grande partie détruite, était en 1821 en assez bon état pour être mesurée. Elle était à peu près rectangulaire et n’ avait qu'une entrée

 

Trois portails de pierre construits comme des pylônes, avec des murs et des portes s’échelonnent entre le Nil et le temple. Chacun constituait l’entrée d’un mur épais construit sur toute la largeur de l’enceinte. Ils étaient sur le même niveau alors que le temple était légèrement surélevé.

Les colonnes et les murs qui formaient la façade du temple se sont effondrés, les vestiges montrent que chapiteaux étaient simplement dégrossis et inachevés

deb3

La chapelle A constituait une grande partie du temple d'origine ( Construite par le roi nubien Az-kher-Amon qui était contemporain de Ptolémée V (Épiphane). C’est une chambre rectangulaire simple sans niches; les murs sont couverts de sculpture dont les scènes sont entièrement religieuses; le roi, vêtu d'une des surprenantes coiffures dictées par les modes ecclésiastiques de l'époque, adore diverses divinités avec une dévotion particulière à Isis et Amon.

Autour de cette chapelle le reste du temple a été construit à la fin des époques ptolémaïque et romaine. Le vestibule (B), qui n'est pas décoré, se situe entre la chapelle et le sanctuaire(C). Celui-ci est une chambre noire dans laquelle deux naos en granite rose granit se dressaient jadis. Le plus grand, dédié par Ptolémée X, se tenait au centre du sanctuaire; le plus petit, dédié par Ptolémée XIII, était sur ​​le côté nord. Au début du siècle dernier ils étaient suffisamment en bon état pour être déchiffré. Depuis ils ont été brisées par les habitants du village. Les autres chambres du temple sont sans décor et sans intérêt.

Après avoir été dessinés, puis démontés, les éléments de l’édifice de Debod furent transférés sur l’île d’Eléphantine, et ensuite déplacés à Alexandrie. C’est en 1968 que le gouvernement égyptien donna le temple au peuple espagnol.

 

Les Photos sur le site de Madrid      deb5        deb6        deb7

 

 

 

Bibliographie

Edwards, Amelia B. "A Thousand Miles up the Nile 1890

 

Plan Baedeker, Karl. Egypt, "Handbook for Traveling 1850

 

 

Fil de navigation