French English German Italian Spanish

Le Site de Kerma

Situation

ker01 

Le site de Kerma se situe en amont de la 3° cataracte, sur la rive orientale du Nil dans la vaste plaine alluviale du Dongola au centre de la Nubie soudanaise. Il donna son nom au premier véritable royaume appelé Iam en ancien égyptien. George Reisner fut le premier à fouiller le site, entre 1913 et 1918. Ce n’est que dans les années 60, sous l’impulsion de l’UNESCO, que les cultures nubiennes et leur originalités furent reconnues et étudiées. En 1977 Charles Bonnet la tête de la mission archéologique de l'université de Genève entrepris la fouille du site de Kerma pendant plus de 30 ans. Il est célèbre pour ses deux deffufas signalés dès 1820 par les premiers voyageurs. Il est possible et probable que ce site était le siège de la capitale du royaume de Koush.

Histoire

Nous la commencerons au Pré-Kerma (-3200 à. – 2500)

Suite à un climat sec et chaud des populations nomades se sédentarisent progressivement et s’implantent aux abords d’un bras du Nil, à 5 km à l’est du cours actuel. Un vaste village composé de huttes s’étendant sur un hectare y a été découvert par Charles Bonnet en 1986 dans la nécropole orientale. C’est durant cette période que le bœuf est  domestiqué.

 ker02

Reconstitution du village pré-Kerma par Alain Honegger

Le Kerma Ancien (-2500 à. – 2050)

Développement du quartier religieux et de la nécropole orientale.

Les nubiens vivent de l’élevage des bovins et caprins, de la chasse et de la pêche. Des relations commerciales avec d’autres cultures nubiennes ainsi qu'avec l'Égypte commencent à s’établir. Des tribus de la même ethnie se regroupent et donnent naissance au royaume de Kerma qui dominera la Haute Nubie pendant près de mille ans. Cette période correspond à l'Ancien Empire et à la Première Période Intermédiaire égyptiens. La ville antique de Kerma fondée vers -2500 deviendra la capitale du royaume. L’écriture n’est toujours pas connue.

Le Kerma Moyen (-2050 à. – 1750)  

C’est une période de transition qui voit la construction de murs de défenses, de palais et tombes princières. La capitale se développe grâce à la création de voies commerciales vers l'Afrique orientale et centrale. Les traditions religieuses se poursuivent, avec une hiérarchisation liée au développement économique. Dans les tombes, les offrandes sont plus importantes, le mobilier plus sophistiqué et important. Elles confirment une société en pleine évolution.

Le Kerma Classique (– 1750 à - 1500)  

C’est la période la plus brillante du royaume. L’influence de ses rois s’étend jusqu’en Basse Nubie. Leur importance sur la scène politique. Des travaux de grande ampleur dans la ville et la nécropole sont entrepris. La Deffufa occidentale et ses dépendances religieuses n’a rien à envier à un temple égyptien. La Capitale s’agrandit d’un port au sud de la ville. Dans la nécropole deux grands temples sont édifiés. Les derniers tumuli royaux deviennent de véritables témoignages de la puissance des souverains.

La Ville antique

Durant sa période classique, la ville de Kerma témoigne d'une urbanisation élaborée. Entourée de fortifications, elle comprend des ateliers, des fermes, des constructions rectangulaires en briques, des palais ainsi qu'un vaste quartier administratif et religieux dominé par la deffufa et une hutte de grande taille (2), probablement une salle d'audience royale.

ker03 

Maquette de la ville par H. Lienhard

Le palais(1) Erigé à l'époque classique abritait une salle d'audience, des pièces d'habitation, des magasins et de grands silos. A quelque distance des maisons, près des fortifications on a retrouvé des fours de potiers.

Les deffufas de Kerma

A cette époque, on donne déjà à ces énigmatiques constructions le nom de «Deffufa», Dans l’ancienne Nubie elle désignait une construction en briques de terre nue. Bien que sa nature religieuse ne puisse pas être mise en doute, sa fonction exacte n'a pas été déterminée, certains la considèrent comme un temple, d'autres comme une résidence royale.

On trouve sur le site de Kerma trois Deffufas dont la plus grande et la mieux conservée est située à l’ouest. Construite de murs épais en briques crues, sa structure de 18 m. de hauteur comportait trois étages et était entouré par un mur d'enceinte. A l'intérieur, des chambres à colonnes étaient richement décorés avec des carreaux de faïence incrustés de feuilles d'or et de peintures représentant des scènes de la vie sauvage. Un escalier conduisait à un temple construit sur le toit ou on a retrouvé son autel en calcaire.

 

La nécropole orientale

Datant du Nouvel Empire, elle se situe à 3 km à l’est de la ville et s'est développée du nord vers le sud du Pré-Kerma jusqu'à l'ère chrétienne. Ces deux zones forment la nécropole la plus impressionnante de Nubie, avec ses cercles de pierres noires et blanches qui marquent l'emplacement des sépultures. Sa superficie de 90 hectares et abrite entre 30 et 40 mille tombes. La dimension des plus grandes peut atteindre 90m de diamètre.

Les tombes sont de petites fosses surmontées d’un tumulus de terre en forme de dôme très grand, entouré par plusieurs cercles de pierres noires et blanches. concentriques. Un cône de quartzite est parfois posé au sommet. Au Sud le tumulus est bordé de bucranes disposés en arc de cercles. Leurs dimensions sont fonction à la fois du rang des défunts et de l’époque de construction. Les défunts étaient disposés en chien de fusil entre des peaux de bœuf, la tête placée est à l'est.

ker08

Au nord, les tombes du Kerma ancien sont de taille relativement uniforme. Le défunt vêtu d’un pagne repose dans une petite fosse sur une peau de bœuf. Autour de lui est disposé ses objets personnels (ses parures, éventails, sandales, poignard). Les cérémonies d’inhumation comportaient parfois des sacrifices d'animaux ainsi que des repas après lesquels des libations et des offrandes étaient déposées au pied du tumulus. A la fin du Kerma ancien, la différence entre les sépultures devient plus importante selon richesse du défunt. Au Nord ce sont des bols retournés sont déposés en bordure de la tombe, Au Sud ce sont des bucranes.Au Kerma moyen avec la hiérarchisation croissante de la société, d'importants changements apparaissent dans les rites funéraires. Le mobilier funéraire devient plus important, la peau de bœuf est remplacée par un lit en bois. Les bijoux sont en argent et en or, une grande quantité de moutons et de chèvres inhumés avec le défunt. On voit apparaitre les premières chapelles. Construites en brique crue à l'ouest des fosses, elles s'agrandissent au fil du temps. Les sacrifices d'animaux vont peu à peu laisser place aux sacrifices humains, on a retrouvé dans une tombe une famille entière accompagnant un défunt masculin.

ker05

Au Kerma classique les tumuli atteignent des diamètres allant jusqu'à 90m. Sous leurs structures on accédait par une allée centrale à un caveau voûté. Dans un caveau on a retrouvé 400 squelettes humains sacrifiés. Le mobilier pendant cette période est extrêmement riche, on trouve des lits décorés d'ivoire et de bronze, des chevets, des modèles de bateaux, de la faïence.

Dans cette Nécropole on trouve deux grands monuments : KII ou Deffufa orientale, et le temple KXI. Leurs plans sont identiques et comporte deux grandes salles étroites reliées par un petit corridor. Leurs parois étaient ornées de fresques représentant des scènes de pêche, de combats de taureaux, de la faune sauvage (girafes, hippopotames).

 Bibliographie

Charles Bonnet (Mission Suisse Dukki Gel-Kerma)

BONNET, C. 1987 « Kerma, royaume africain de Haute Nubie »,

BONNET, C. 1996 « The Funerary Traditions of Middle Nubia »

Charles Bonnet Kerma, royaume de Nubie 1990

Charles Bonnet, «Les fouilles archéologiques à Kerma 1993-1995

MATHIEU HONEGGER, M. Peuplement préhistorique dans la région de Kerma

 

Fil de navigation