French English German Italian Spanish

TT290 Tombe d’Ari-Nefer - Irynefer

La Place de Vérité sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

La tombe d’Ari-Nefer (Serviteur de la place de la vérité dans l’Ouest) a été identifiée par Bernard Bruyère en 1922. Appartenant à la fin de la XVIIIe dynastie de l’époque ramesside, elle fut inscrite au catalogue de la nécropole thébaine sous le numéro TT 290. La tombe partage une même façade avec la tombe TT 291 de Nakht-Min à cause, peut-être, d’une alliance des deux familles. Un dessin de Bruyère donne sa position exacte et de ses environs. Elle se trouve à l'extrémité du cimetière Ouest des artisans de Deir el-Medina caché dans les pentes occidentales de la montagne. Les seuls restes découverts furent quelques fragments de stèle et des fragments d'un cercueil en bois

Irynefer était un artisan qui travaillait comme artiste et maître d’œuvre pour les tombes des thébaines des nécropoles de la période ramesside. Il a vécu pendant la première partie du règne de Ramsès II. Nous savons que ses parents étaient Siouazyt, un Prêtre et Taousert, sa mère, et qu'il était marié à une femme nommée Méhytkhati, qui fut sûrement aussi enterrée dans son tombeau

 

Le complexe funéraire

En surface

Il se compose d'une chapelle d'offrandes construite en briques crues. Elle avait un toit en berceau, et dispose d'une profonde niche au centre du mur situé face à l'entrée. Sa décoration adopte le style des tombes de la période ramesside. En haut du cintre du mur du fond deux représentations du dieu Anubis dans la position couché se font face. Au-dessous Irynefer et Méhytkhati reçoivent des offrandes des membres de leur famille. La voûte du plafond est décorée de dessins géométriques.

 En souterrain

Elle se compose de l'entrée, l’antichambre et la chambre funéraire.

Depuis la cour un escalier conduit à petite chambre creusée dans la roche. Celle-ci, donne vers la gauche accès à la partie souterraine de la tombe TT 291, vers la droite, elle conduit à une chambre de forme irrégulière ou un escalier de petite taille conduit enfin à la chambre funéraire d'Irynefer. Taillée dans la roche, elle n'est pas sans rappeler la chapelle, elle est rectangulaire avec un plafond voûté en berceau. Une plate-forme pour les sarcophages d’Irynefer, et peut-être de sa femme Méhytkhati, a été créée par l'élévation du sol d'environ un tiers de la paroi à la partie arrière de la chambre..

La tombe est petite, mais offre un flamboiement de couleurs. Le plâtre dans la chambre a été recouvert d'une peinture jaune d'or, typique des tombes privées de la XIXe dynastie. Ensuite, presque tout l'espace disponible a été décoré avec des peintures de figures divines, humaines et animales. Des textes funéraires, écrits en noir entre les cadres de registre en rouge, divisent ces scènes en colonnes verticales.

La Visite

Le passage donnant à la chambre funéraire est décoré à droite d’hiéroglyphes et à gauche du chacal Anubis, couché, qui regarde vers l’extérieur de la chambre Nous commencerons la visite de la tombe en regardant à droite de l'entrée vers le mur nord.

Mur Nord

Entrée de la chambre funéraire ,Mur Nord et Ouest   Agrandir

Dans son centre Irynefer se tient avec ses mains levées en adoration vers une frise qui orne ce mur et étend sur le mur occidental. La frise est parsemée de symboles protecteurs et de hiéroglyphes, Un babouin est suivi d’uraeus qui sont séparé entre eux d’une plume, symbole de Maât. Le registre supérieur gauche du mur nord montre le dieu Khépri assis devant une table d'offrande, derrière lui se tient un prêtre Sem debout. Le côté droit est en grande partie détruit. Au-dessous de la scène détruite se trouve une porte du livre des morts et ses deux gardiens. Devant eux se tient Irynefer agenouillé devant Osiris.

 

 

Mur Ouest

La frise commencée sur le mur nord se poursuit, on peut y voir Shou, (source de l'air, du souffle, et donc de la vie) assis étendant chaque bras sur un œil d'Horus (œil Oudjat) contenu dans un cercle ovoïde afin d’y être régénéré.( Les égyptiens représentent la régénération par le symbole de l'œuf ,blessé et perdu par Horus lors de son éternel combat avec son oncle le dieu Seth. Blessé, cet œil a constamment besoin d'être régénéré)

Sous la frise on peut voir la suite des 42 juges des morts qui sont chacun en charge d’un péché (Osiris préside comme le 43ème juge). Ici Irynefer jure devant chaque juge qu'il n'a pas commis le péché dont il est en charge en récitant un texte connu sous le nom de "confession négative" .

La frise s'achève avec un babouin , au-dessus  d'elle  diverses divinités sont représentées.

Plus loin Irynefer adore Horus sous la forme d'un faucon portant un flagellum

Anubis présente Irynefer qui passé avec succès l'épreuve du tribunal des morts devant Osiris

Mur Sud

Il montre la momification d’Irynefer, qui repose sur un lit avec des têtes de lion. La momification est réalisée par Anubis, le dieu à tête de chacal des morts

Agrandir

Mur Est

Les parents d’Irynéfer, (leur âge est indiqué par leurs cheveux blancs) rendent hommage à Ptah patron des artisans. Irynéfer s'agenouille en face de son trône et lui offre une représentation de la déesse Maât

Au niveau du passage de l'entrée , dans le registre du haut , Irynéfer et son épouse adore la renaissance du soleil sous la forme d’un veau blanc entre deux sycomores (Chapitre 109 du Livre des Morts). Le veau blanc est le dieu solaire Rê à l'aube, le disque rouge est le disque solaire. Les arbres aident chaque matin le défunt à  renaitre.  Dans le registre du bas, nous voyons Irynefer debout dans la barque solaire adorant l'oiseau bénou qui représente l'âme du dieu solaire Rê. L'oiseau est lié à l'inondation du Nil et à la résurrection du soleil chaque matin. Il porte le disque solaire qui est la représentation de Ré, il assure ainsi à Irynefer, comme le soleil sa future renaissance

Au- dessus de la voûte de l'entrée de la chambre,on peut voir une représentation de déesse ailée à peau verte Nout. Son nom est indiqué par les hiéroglyphes au-dessus de sa tête. Elle est agenouillée devant le dieu Horus et de la déesse Hésat la vache sacrée céleste, mère d'Anubis allongée sur une natte  prés d' un étang.

Irynefer, agenouillé, s'incline sous les branches d'un palmier doum en bordure d'un étang pour boire son eau potable. Le palmier doum procurera au défunt sa nourriture. On remarquera les trois angles de vue différents : l’étang est vu de dessus, Irynefer est agenouillé sur sa rive opposée pour ne pas le cacher, le palmier pousse derrière Irynefer pour ne pas le cacher

La Voute

La voûte en brique de la chambre funéraire a été plâtré et décoré avec des scènes et  des inscriptions  nous indiquant les noms et titres des membres de la famille. Les textes des scènes ont été peints sur un fond jaune. Les scènes incluent des illustrations de différents chapitres du Livre des Morts, des images de divinités funéraires, de démons, et des représentations du bâ du défunt et de son ombre.Celui qui connaît cette formule sera un bienheureux parfait dans l'empire des morts, il ne mourra pas à nouveau dans l'empire des morts, il mangera au côté d'Osiris. 

Côté Sud-Ouest

Au- dessus de la scène avec Osiris on a représenté la vignette du chapitre 135 du Livre des Morts (formule à dire  au jour du mois ou la lune est nouvelle ). Bien que le texte de la formule n' est pas présent, la représentation des 5 divinités,  des 7 étoiles et du disque sur un fond sombre, se retouve dans 5 autres tombes de la 19ème dynastie à  Deir el-Medina. Celui qui le connaît sur terre sera comme Thot adoré par les vivants, il ne tombera pas par l'attaque d'un (mauvais) roi ou du feu (fièvre?) de Bastet, il aura une belle et longue vieillessel


La voute du plafond coté sud

Côté Sud-Est

Il montre une illustration de L'ombre figurée par la silhouette noire d'un homme et deux oiseaux à tête humaine qui sont le bâ de l'âme du défunt. L'ombre, une des composantes de l'être humain, est représenté par un homme maigre peint en noir. Nous sommes là à une étape essentielle de la renaissance du défunt après la mort. Un des oiseau  vole, l'autre est assis devant un soleil noir. (Selon les Anciens Égyptiens, l’Ombre (Shout) est une composante à part entière de la personnalité humaine. Après la mort, un défunt n'est complet que s'il dispose d'elle. D'après les Textes des sarcophages la victoire sur la mort n'est acquise que si les quatre éléments constitutifs que sont le Ba, l'Akh, l'Ombre et la Magie-Heka disposent de leur pleine liberté de mouvement.).La sortie au jour est évoquée par la présence d'un soleil brillant. Dans la tombe d'Irynéfer la fresque rappelle cette sortie. Son originalité est de montrer un disque noir qui peut être interprété comme l'ombre du disque solaire. Dans la pensée mythologique égyptienne, en effet, même cet astre lumineux dispose d'une ombre.

Les objets retrouvées dans la tombe

                 

                      Ostracon   1                                                         Stèle en Calcaire peinte   1  2  3

1  Cet ostracon du Musée du Louvre fut découvert dans la tombe d'Irynefer. Assis sur un rocher, il brandit deux couteaux devant une table de pain Le texte écrit au-dessus des offrandes indique que les couteaux sont aiguisés. Le texte de cinq lignes verticales, au-dessus d'Irynefer donne les noms et l'affiliation de l'Artisan de la Place de Vérité. Les couteaux sont censés exprimer les pouvoirs d'Irynefer .Photo Guillaume Blanchard

2  Cette stèle en calcaire peinte d'Irynefer provient de la chapelle de sa tombe, elle est au Musée du Louvre (numéro d'inventaire C311): Elle nous montre Irynefer et sa famille. Registre du haut, de gauche à droite, Anubis assis derrière Osiris font face à la représentation d'Amenophis Ier et de sa mère Ahmès Néfertari, tous deux divinisés . (Aménophis Ier († 1504 av. J.-C.) est réputé avoir fondé la communauté des artisans des tombes royales de Deir el-Médineh, laquelle l'a pris ensuite pour son dieu tutélaire).Les deux registres du bas montrent Irynefer et sa femme devant ses parents et ses frères.

Bibliographie

The American University in Cairo Press, 1982

Bruyère, Bernard: Rapport sur les Fouilles de Deir el Medineh (1923).

Bruyère, Bernard : Tombes Thebaines. La Necropole de Deir el-Medineh. Tom 1.Cairo : 1926

Bierbrier, Morris : The tomb-builders of the pharaohs

Liens

http://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyer

Photos :

© Anfabéou CC BY 3.0  © kairoinfo4u CC BY-SA 3.0  © Roland Unger CC BY SA 3.0

© egypte-eternelle.org    Guillaume BlanchardDomaine public CC BY SA 3.0

 

Fil de navigation