French English German Italian Spanish

LA CHAPELLE BLANCHE

 

Cette chapelle a été démontée avant le règne d’Amenhotep III et ses blocs ont été remployés dans les fondations du IIIe pylône édifié par ce dernier. Les premiers blocs furent découverts en novembre 1927 par H. Chevrier parmi les blocs remployés dans les fondations du pylône d'Aménophis III.

Cette chapelle a été démontée avant le règne d’Amenhotep III et ses blocs ont été remployés dans les fondations du IIIe pylône édifié par ce dernier. Les premiers blocs furent découverts en novembre 1927 par H. Plusieurs autres furent découverts entre 1928 et 1934. La reconstruction du monument a eu lieu entre 1937 et 1938. Sa localisation d’origine est inconnue.

Plan interactif

 Cliquer sur les zones pour voir les photos

 La chapelle se compose de quatre rangées de quatre piliers, qui supportent des architraves et un plafond. Des petits murs bahuts, à sommet arrondis, et d'une hauteur de 80 cm environ, réunissent les piliers. Deux escaliers possédant une rampe centrale, donnent accès à l'intérieur du monument, ils sont bordés d'un muret de faible hauteur dont le sommet est arrondi. Le soubassement de la chapelle est décoré d'une procession de génies du Nil et des nomes. Constitué D'un très fin calcaire, la chapelle reposoir comporte des reliefs d'une grande finesse.

Décoration

La chapelle a échappé aux martelages antoniens. Sa démolition et le remploi des matériaux nous apparaissent comme des actes de vandalisme, mais ils ont en réalité, sauvé cet admirable monument. Le calcaire exposé à l'air aurait mal résisté aux outrages des millénaires. Au 19eme siècle, il aurait sans doute été transformé en chaux comme tout le calcaire de Karnak. L’ensevelissement par Aménophis III a protégé les reliefs des martelages de son successeur Akhénaton : Amon et tous les dieux sont intacts. Or, c'est à Karnak que les martelages. Les extérieurs et l'intérieur (piliers, architraves) sont couverts d'inscriptions. de scènes religieuses datant de la XIIème dynastie.

Les Portes

Au milieu de chacune des façades se trouve la porte Ouest et Est. Ces deux portes sont gravées en creux d'une façon identique à quelques détails près. Ce sont en fait de fausses portes car elles n’ont pas de battants. Deux piliers jouant le rôle de montants constituent son encadrement, ils sont décorés principalement par les titulatures de Sésostris 1er, inscrites également sur l'architrave de chaque côté de l'encadrement de la porte.

Piler gauche porte Est

 Au-dessus de la porte celui de Behedet, au plumage bigarré, maître du ciel, étend ses ailes protectrices. Juste en dessous, une phrase : 'Vive le fils de Rê, Senousret, aimé d'Amon-Rê, qu'il vive éternellement".


Les Piliers

La chapelle contient 16 piliers tous décorés sur les 4 faces. Les scènes sont sculptées en relief, la plupart sont des scènes d'actions ou d'offrandes du roi. Les scènes sont répétées au nord et au sud, assez souvent à l’identique et en symétrie par rapport à l'axe Est-Ouest,. Au-dessus de chaque scène, plane un vautour et un faucon qui tiennent dans ses serres le signe d’éternité ou la croix de vie

 Quelques  Scènes

Pilier 2n Scène 3:  Les deux piliers d'angle nord et sud sur la façade ouest sont décorés du côté extérieur de deux scènes parallèles et symétriques le dieu Amon accueille le roi Sésostris Ier en lui présentant devant le nez le signe de vie ankh. Le dieu Amon porte son costume normal: pagne court et plissé avec la queue; un collier; il est coiffé du mortier surmonté des deux grandes plumes transversales. Le roi porte la sento plissée munie de la queue, un collier. Sur le pilier sud, il est coiffé de la couronne du sud; sur le pilier nord, il est coiffé de la couronne du nord. La moitié supérieure de la couronne est décorée d'un damier régulier.

Pilier 4 Ouest Scène 2: 

Pilier 8s Nord Scène 9 : Le roi est suivi de son ka représenté sous une forme anthropomorphe. A l'aide de son sceptre, il consacre les offrandes présentées à Amon-Rê ithyphallique. Le dieu Amon donne au roi toute vie, stabilité et prospérité. En haut de la scène, les mêmes représentations que sur la plupart des piliers

 

Le roi est suivi de son ka représenté sous une forme anthropomorphe. A l'aide de son sceptre, il consacre les offrandes présentés à Amon-Rê ithyphallique, rite à faire 4 fois. Le dieu Amon donne au roi toute vie, stabilité et prospérité. En haut de la scène, les mêmes représentations que sur la plupart des piliers. En face du dieu Amon, le roi. de la main droite, consacre des offrandes variées, entassées en trois registres ; de la main gauche, il tient le bâton et la massue. Parmi les offrandes on remarque : Au premier registre : un guéridon à deux étages, un long vase bouché par un cône d'argile. Au deuxième registre : une tête de veau, un canard pilet, un pain rond, une laitue, une grappe de raisins. Au troisième registre : deux oies troussées, une courge, un bouquet de lotus

Pilier 1n Nord Scène 4 :

En face du dieu Amon, le roi de la main droite, consacre des offrandes variées entassées en trois registres ; de la main gauche, il tient le bâton et la massue. Parmi les offrandes on remarque : Au premier registre : un guéridon à deux étages, un long vase bouché par un cône d'argile. Au deuxième registre : une tête de veau, un canard pilet, un pain rond, une laitue, une grappe de raisins. Au troisième registre : deux oies troussées, une courge, un bouquet de lotus

 

 

Dans un édicule la statue du roi est représentée devant un grand emblème d'Anubis reposant sur un chariot. En haut, à l'intérieur de la chapelle, un prêtre (1) représentant Amon fait face à l'Horus (2) placé sur le Sérekh (3), de la main droite il lui présente le signe de vie placé au bout de son sceptre · Il est coiffé de deux grandes plumes fixées à son front tempes par un serre-tête. Dans sa main gauche il tient également un signe de vie. Il est vêtu du pagne court plissé avec queue qui confirme que c’est bien un prêtre qui joue sa fonction (entrer dans la chapelle d'Anubis pour donner la vie à la statue du au roi )

« Edicule : Abri démontable et portatif qui sert à loger et à protéger un objet sacré ou un personnage important. Ici, il est composé de quatre poteaux de bois supportant un toit voûté. »

Trois personnages sont placés verticalement sur le devant de l'édicule, ils attendent le roi qui doit venir accomplir des cérémonies devant sa statue placée sous la protection d'Anubis. Dans la réalité ils sont placés côte à côte, devant la façade à laquelle ils tournent le dos, Thot au milieu, à sa droite Iounmoutef, à sa gauche, le chef des médecins.

Iounmoutef, (5) >Le prêtre Iounmoutef est représenté vêtu de la peau de panthère, il a le bras droit tendu vers l’extérieur (la porte d'entrée de la chapelle) sur sa tempe, la mèche de l'enfance caractéristique de cette sa fonction.

Thot (4) > Il est figuré par un homme à tête d'ibis. Il est vêtu d'un pagne court plissé, une bande d'étoffe passant en travers de l'épaule droite. Il tient de la main gauche un rouleau de papyrus, sa main droite est levée en avant à hauteur de l'épaule.

3 Le chef des médecins (3) > est vêtu du pagne court plissé, porte sur l'épaule droite une large bande d'étoffe.il tient un rouleau de papyrus, dans sa main droite et un long bâton dans sa main

Le grand sceptre (2) > est un emblème d’Anubis. Ici le haut de sa tige se termine par une ombelle de papyrus stylisée. Au-dessus d’elle s'élève casse-tête rectangulaire.. A droite et à gauche de la tige, juste sous les folioles de l'ombelle, une bande d'attache fixe deux pendentifs, terminés par une boule. Ce sceptre, est un être animé, vivant; aussi est-il décoré de deux yeux sacrés. Il est protégé par l'éventail (6) en plumes d'autruche. Le bas du manche est emprisonné et soutenu par l'anneau symbolisant celui qui n'a pas de fin, l'éternité.

La statue du roi (1) > Le roi est vêtu du pagne triangulaire avec devanteau à deux uraeus, il tient de la main droite un long bâton droit, de la gauche une massue à tête en écailles. Devant la statue du roi, sont disposées des offrandes a) une sellette carrée portant plusieurs vases b) sur une natte : une tête de veau, une patte et un cœur. Au-dessus, deux pains, un rond et un long, une oie non plumée, une laitue.

Pilier 7n Scène 4  > Le dieu Atoum amène le roi vers Amon-Rê ithyphallique dit Anmoutef (taureau de sa mère). Le dieu Atoum rassure le roi pour qu'il aille vers Amon-Rê recevoir la royauté des Deux-Terres. Le dieu Amon l'accueille en lui disant de venir vers lui. Le roi porte la couronne rouge, comme l'Horus au-dessus du Sérekh. Le vautour Nekhbet et le faucon de Behedety veillent sur la scène. Le dieu Atoum qui conduit le roi est vêtu de la Sento avec queue, un collier, des bracelets, barbe nattée, il est coiffé de la double couronne. Il tend la croix de vie contre le nez du roi. Paroles d’Atoum : viens en pais Sésostris pour que tu voies ton père Amon-Ré qui t’aime, pour qu’il te donne la royauté des deux terres

 Le roi est vêtu d'un pagne court plissé sur lequel pend un devanteau. Le roi est coiffé de la couronne rouge ornée d’un uraeus. Le roi tient dans sa main gauche la clé de vie, la main droite est serrée dans la main du dieu Atoum. La momie d’Amon Min, ithyphallique est posé sur un socle rectangulaire. Il est coiffé de deux plumes fixées. Le bras sortant du maillot est levé surmonté du flagellum.

 

Bibliographie

Pierre Lacau et Henri Chevrier, Une chapelle de Sésostris Ier à Karnak, 1956

Nathalie Favry, Sésostris 1er, Pygmalion, Flammarion, 2009,

CFEETK, Karnak La Chapelle Blanche, Projet Rosette

 

Fil de navigation