Tombe d'Inherkhaou

Cette petite tombe de Deir el Médineh n’est pas la mieux exécutée, mais elle possède de nombreux détails intéressants, exemples de la peinture de la XXe dynastie. C’est l'une des rares tombes de la période connues à Deir el Médineh.

Inherkhaou avait le titre de Contremaître du Seigneur des Deux Terres dans la Place de Vérité. Il vécut et travailla pendant la période du règne de Ramsès III (1184-1153) et Ramsès IV (1153-1147). ) Ses ouvriers étaient chargés du creusement et de la décoration des tombes de la nécropole thébaine. Sa position importante dans la vie lui permit d’avoir un tombeau aux décorations très riches et raffinées. Elles représentent le sommet du savoir-faire artistique au cours de la XXe dynastie.

Fait rare, nous connaissons les noms de deux des artistes de cette tombe. Nous avons des informations sur leur vie. Ils étaient frères, l'aîné Nebnefer et le cadet Hormin étaient les fils d'Houri, un chef dessinateur.

Les scènes de la tombe d'Inherkhaou furent faites sur un fond jaune clair, pour imiter le papyrus, matériau sur lequel le Livre des Morts fut originellement dessiné.

La tombe d’Inherkhaou possède deux chambres, chacune d'environ 2 m sur 5. La superstructure manque, mais à l'origine, il y avait une cour et une petite pyramide érigée sur la tombe. C’est une tombe familiale ; Inherkhaou y fut donc inhumé avec d'autres membres de sa famille, dont certains apparaissaient sur les montants de 1a porte (détruits).

La Première Chambre

À l'intérieur de la tombe, les textes et le décor se limitent à des scènes religieuses, peinte sur un fond jaune. Les scènes sont tirées surtout du Livre des Portes, les textes du "Livre des Morts".

À gauche de l'entrée, sur le mur latéral d'une grande niche. Anubis en chacal couché est peint sur un fond jaune. Le mur postérieur de la niche porte de rares vestiges d’une scène où Inherkhaou et son épouse sont à genoux devant une déesse. Neuf gardiens des portes de l'Autre Monde sont assis en rang au bas du mur.

À l'extrémité gauche du mur nord, Inherkhaou et son épouse, assis, jouent au senet.

À gauche, le défunt, orné d'un pectoral, tient un éventail.

A l'extrême droite Inherkhaou, vêtu de lin et d'une peau de panthère fait des offrandes de canards à Osiris et Isis (effacés). Le personnage d'Isis a été détruit, ainsi que d'autres scènes de ce registre. Au-dessous, deux femmes de la famille se dressent devant Inherkhaou et son épouse, assis. Derrière eux, trois prêtres, le premier portant la peau de panthère des prêtres sem, avancent vers une autre scène figurant le couple.

Sur le côté gauche du mur antérieur Inherkhaou, vêtu la peau de panthère d’un prêtre Sem et sa femme offrent de l'encens à des membres superposés d’une famille royale..

Le mur Est est entièrement consacrée au culte des grands rois et reines enterrés à Thèbes. Inherkhaou et son épouse font face à vingt rois et reines divinisés et leur offrent de l’encens .Sur la rangée du haut on voit trois rois et sept reines. Sur la rangée du bas on voit sept rois un prince et une reine représenté avec la peau noire et la coiffe de vautour d’Ahmes-Nefertari «Sa peau noire symbolise la fertilité de la vallée du Nil et n'a rien à voir avec sa race ». Les rois sont tous habillés d’un suaire blanc osirien et ont des poses identiques, seuls les cartouches diffèrent. Le dernier personnage assis sur une estrade, écrivant sur une palette, est le peintre Houy. On présume qu’il est un ancêtre d’Inherkhaou. De nos jours on ne peut voir que le bas de son corps, tout le reste a disparu comme une grande des personnages de cette scène. On doit sa reconstitution grâce à la copie qu'avait effectuée Lepsius .Certaines parties de ce mur furent l'œuvre de Nebnefer

D'après le dessin  paroi Est de Lepsus

Le plafond a été endommagé par des pillards qui l’ont percé pour pénétrer dans la tombe. Il porte un décor raffiné fait d’images en spirales et en rosette, de têtes de taureaux peints en rouge et noir dans le style de la Crète antique. Huit panneaux portent des motifs géométriques différents, évoquant peut-être les tapis de roseaux tissés.

LE CAVEAU

Un escalier de quatre marches permet d'accéder au caveau. C’est une grande chambre rectangulaire de 4,8 m sur 2,3 m dont le plafond est un voute de forme presque ogivale. L’Entrée n’étant pas alignée sur un point géographique précis, nous allons la situer sur L’Est de l’axe rituel du parcours des défunts. En regardant à droite nous aurons le Mur Sud, à gauche le Mur Nord. Le mur du fond qui nous fait face sera le Mur Ouest

L’entrée

À l'origine, Aménophis 1er et Ahmès-Néfertari protecteurs de la communauté des artisans encadraient l’entrée du caveau. Le roi porte les attributs du pouvoir en main. Sa tête est coiffée d'une perruque associée à un bandeau comportant trois uraei. Aux pieds, il porte des sandales à bouts recourbés, Autour de son cou, un collier Ousekh. Sa tête est surmontée d’un soleil rouge encerclé par un double uraeus. La reine Ahmes-Nefertari a la peau noire, elle porte une ample robe plissée. Ses bras sont ornés de bracelets, son cou d’un collier; sa tête est recouverte par une coiffe supportant deux cobras et un vautour La paroi fut découpée puis rapportée à Berlin par Lepsius au début du XIXe siècle.

Le Mur Nord

Il comporte trois registres et quatorze scènes. Les deux registres du haut sont tirés du Livre des Morts et décrivent la vie dans le monde funéraire. Celui du bas decrit des scènes du culte familial rendu au défunt.

Registre supérieur

D’après la reconstitution de la paroi Nord par Hany Farid

1 Inherkhaou rend hommage à son propre Ba perché sur sa tombe. Celui-ci lui rend son salut. Les plumes de l'oiseau sont très stylisées, tout comme celles des autres oiseaux figurés dans cette tombe, son visage et ses mains sont très similaires à ceux d'Inherkhaou.

Inherkhaou rend hommage au dieu des artisans Ptah qui tient dans ses mains le sceptre Ouas, la croix Ankh et le pilier Djed

3 Ce tableau de vingt colonnes est tiré du chapitre 42 du Livre des Morts. Les vingt parties du corps du défunt sont assignés à une divinité nommée qui est nommée et représentée en bas de chaque colonne. La liste passe en revue le corps tout entier « Mes cheveux sont Noun », est-il affirmé dans l'une des colonnes. «Mes yeux sont Rê, mes oreilles Oupouaout, mon nez est Celle qui préside sur la feuille de lotus»

4 Représentation tirée du chapitre 86 du Livre des Morts qui décrit la transformation du défunt pour prendre l'aspect d'une hirondelle

Inherkhaou est agenouillé devant les deux lions de l'horizon placés dos à dos. Le hiéroglyphe désignant ce mot se trouve entre les deux, avec le Soleil au-dessus et un signe ankh suspendu au centre.

Registre médian

                                                            6                    5                          4                               3                                             2                     1

D’après la reconstitution de la paroi Nord par Hany Farid

Il s'agit d'une représentation d'une déesse tenant un signe Ankh dans la main droite, que Lepsius avait pu identifier à Hathor.

2  Inherkhaou, debout, les bras levés vénère un serpent, dénommé Sata qui lui fait face. Cette vignette est généralement accompagnée du chapitre 87 du Livre des Morts : « Je suis un serpent à la grande longévité, je meurs la nuit et renais le jour suivant» Pourtant, le texte présent ici n'a rien à voir avec ce chapitre

Quatre fiers chacals Sab en rang serré sont debout devant Inherkhaou à genoux. Ces animaux bien dessinés, un tissu autour du cou, sont chargés de tirer la barque solaire dans le monde souterrain. Sab Les textes nomment les divinités canidés dont fait partie Anubis les « Sab ». Leur fonction est de haler la barque solaire dans la Douat 

4 Un prêtre coiffé d'un masque de faucon se tient devant la momie d'Inherkhaou qui tient une herminette, et il accomplit la cérémonie de l'Ouverture de la bouche réalisée le jour des funérailles. Le hiéroglyphe désignant l'ouest se trouve derrière Inherkhaou assis face à un énorme symbole bâ.

5 Inherkhaou est assis sur un siège à pattes de lion, une main tendue vers le signe hiéroglyphique Ka qui se dresse devant lui sur un pavois.

6 Un faucon est perché sur le signe hiéroglyphique de la montagne sacrée de l ‘Ouest, l'Amentit : Il indique l’entrée du chemin par lequel on entre dans le royaume des morts.

Registre Inférieur

                       ----------------------------               3              ---------------------------     -------------------------------------             2                  ----------------------------   -------------    1       -------

D’après la reconstitution de la paroi Nord par Hany Farid

1 le couple de défunts assis devant une table d'offrandes et regardant vers l'entrée La femme appuie sa main gauche sur l'épaule de son époux, dans un geste de protection.

2 Le défunt est assis sur une chaise à pieds de lion devant une table basse Sur celle-ci un coffret blanc renferme du fard pour les yeux.   Il reçoit cinq couples et un prêtre Sem.  En tête du cortège le prêtre Sem, son torse nu est couvert d'une peau de panthère, Il brandit dans la main droite un "Ouret hekaou" servant au rituel pour l'ouverture de la bouche. Dans la main il tient un encensoir. Ses pieds sont chaussés de sandales.

3 Le défunt est assis avec sa femme sur une chaise soigneusement dessinée, entouré de quatre de leurs petits-enfants nus, trois filles et un garçon. Inherkhaou caresse la chevelure d'une de ses filles qui se tient debout, toute nue Chaque enfant tient un jeune oiseau, évocation de la vie. Un plateau de figues repose sur une table devant les grands-parents. Des porteurs s'approchent du groupe avec des offrandes funéraires comprenant un coffret à Oushebtis et un vase à libations

Le Mur Sud

Il comporte trois registres et 17 scènes. Les deux registres du haut sont tirés du Livre des Morts et décrivent la vie dans le monde funéraire. Celui du bas décrit des scènes du culte familial rendu au défunt.. La plus grande partir de ce mur fut réalisée par Hormin

.

Registre supérieur

                        8                       7                                  6                                                 5                                           4                           2-3                       1

D’après la reconstitution de la paroi Sud par Hany Farid

1 Inherkhaou portet la barbe des vivants, une canne dans sa main droite se dirige vers la porte de sa tombe. Celle-ci est largement ouverte montrant un soleil resplendissant. Il a accompli sa renaissance et peut aller et venir à sa guise entre le royaume des Morts et celui des Vivants.

2-3Les scènes sont l’une au-dessus de l’autre.

                       2               3   

                                              

Le défunt et sa femme sont assis sous un baldaquin dans une barque barrée par leur fils. Elle navigue d’Est en Ouest.

3 Le scarabée, bien dessiné, attaché à un collier accompagne le chapitre 76 du Livre des Morts, destiné à vous transformer dans la forme souhaitée.

4 Inherkhaou est conduit à Osiris par Thot. Il lève les deux bras pour lui rendre hommage. Thot tient dans ses mains sa palette et le signe de vie. Devant Osiris assis sur son trône, des offrandes lui sont présentées.

5 Inherkhaou rentre dans la "Salle des deux Maât", devant les 42 Divinités -juges représentés accroupis en bas de chaque colonne. Devant chacun d’eux il prononce sa déclaration d’innocence ou confession négative. En fait il n’avoue aucune faute personnelle, mais énumère les 42 mauvaises actions qu’il s’est bien gardé de commettre (Chapitre 125B du Livre des Morts)

Inherkhaou se dirige vers l'Ouest il est conduit vers un lac de feu par un dieu à tête de singe

7 Scène du haut : Une barque se dirige vers l'Est en voguant dans le ciel.   Scène du bas : Une autre barque navique sur le Nil souterrain. Elle transporte Isis, Thot, Khépri et un autre dieu ( ?)

8 Quatre des dix, divisions de l'Autre Monde sont figurées par des dessins cryptiques à l'extrémité du mur.

Registre médian

                              7                          6                                  5                           4                               3                                          2                                 1

D’après la reconstitution de la paroi Sud par Hany Farid

1 Inherkhaou s'agenouille devant un lotus bleu sacré qui émerge de l’eau et dont la fleur s’incline au-dessus de lui. Le lotus sacré suit la marche du soleil pour s’ouvrir le matin et se refermer le soir

2 Inherkhaou s'agenouille devant les Âmes à tête de chacal de Hiérakonpolis. Il lève ses mains en signe d’adoration. On ignore ce que ces âmes symbolisent, elles semblent trouver leur origine dans des pratiques religieuses prédynastiques.

3 Une des plus célèbres scènes de la tombe. Inherkhaou en adoration devant un oiseau bénou, un héron couronné aux belles proportions et aux plumes figurées dans le détail.

4 Anubis à tête de chacal « rend le cœur de l'honorable Osiris » à la momie D’Inherkhaou afin qu'elle puisse vivre dans l'Autre Monde. L’élément placé derrière le dieu est le symbole d'Osiris et d'Abydos.

5 Le défunt face à l'Ouest est agenouillé, bras levés devant le grand faucon d’or. C'est l'une des scènes où Inherkhaou apparaît avec une barbe naissante, un signe de deuil dans l'Égypte ancienne.

 6 Le chat solaire ou « chat d’Héliopolis » tue le serpent Apophis, l’ennemi mortel du dieu Soleil. Les deux animaux ainsi que le perséa derrière eux sont peu réalistes, mais bien faits. La patte gauche du chat tient un couteau, la droite la tête du serpent. Son poil est hérissé en signe de menace et il siffle en donnant le coup fatal.

7 Nous avons deux scènes superposées, en haut un filet piège est attaché à un sceptre ouas .Au-dessous se trouve un collègue d'Inherkhaou, le contremaitre Nakhtemout qui marche vers l’Est

Registre Inférieur

                                                                3                                                                                            2                                                                1

D’après la reconstitution de la paroi Sud par Hany Farid

1. Les défunts sont assis à l'extrémité droite du registre, recevant de l'encens et de l'eau de deux de leurs fils.

 2 Le couple, est assis à une table portant quatre cierges allumés. À nouveau, Inherkhaou n'est pas rasé. Il a passé un bras sur l'épaule de son épouse et lui tient la main avec affection. Six membres de la famille Inherkhaou, le crâne rasé sont debout devant lui : le premier son fils Qenena porte le costume du prêtre Sem et tient un encensoir. Les autres, plus simplement vêtus, portent des aiguières ce sont : son fils : Hormin (artisan), ses 4 frères qui sont 2 par 2 en queue de la file.

3 Les défunts sont assis face à l'Est en écoutant le chant d'un harpiste accroupi devant eux. La scène est traditionnelle avec des détails insolites. Le harpiste joue d'un instrument à vingt-deux cordes (bien que l'artiste ait dessiné trente-six chevilles). Généralement, les harpistes sont aveugles et représentés les yeux fermés, Ici il a les yeux ouverts. Assis sur un tapis, ses doigts pincent les cordes. Ses pieds sont dans une position insolite et inhabituelle, sa bouche est ouverte car il chante. Il est corpulent avec des plis de graisse sur le ventre, mais bizarrement ses bras sont fins.

Mur Ouest

 La moitié gauche de ce mur fut réalisée par Hormin, la moitié droite par Nebnefer. Inherkhaou et son fils Hormin sont debout faisant l'offrande de l'encens devant Ptah et Osiris dos à dos. Osiris fait face à la fin du parcours souterrain du Nord, Ptah au début de sa seconde vie au Sud. Deux jeunes fils font le salut d'adoration, l’un à Osiris, l’autre à Ptah.

La rédaction des articles représente beaucoup de temps et de travail. Si vous apprécier celui-ci merci de cliquer sur    

pour me le montrer et m’aider à écrire de nouveaux articles .Vous y trouverez également  les dernières actualités de l'Egypte. Merci

  

Bibliographie

The Illustrated Guide to Luxor" by kent R.Weeks , American University in Cairo Press.

Le Courrier de l’Unesco sept 1988 Le fleuve du temps

Le Courrier de l’Unesco n° 11 La mort calque de l’existence terrestre

Images d’une vie éternellement heureuse par Jacques Vandier 1954

Cherpion, N. and J.-P. Corteggiani, 2010. ‘La tombe d’Inerkhaouy (TT 359) à Deir el Medina‘, 2 vol. MIFAO 128.

Farid, H. The burial chamber of Inerkhau: http://www.cs.dartmouth.edu/farid/Hany_Farid/Inherkhau.html