frarnlendeites

Beit el-Ouali ("la maison du Saint")

John Gardner Wilkinson (le père de l'égyptologie britanique) a dit que le temple de Beit-el- Wali est après Abou Simbel le monument le plus intéressant de la basse Nubie. La colline sur laquelle il se trouvait est à deux kilomètres du temple de Kalabsha, et bien que leurs dates de fondation et leurs sites soient très près l’un de l’autre, ils ont été consacrés à des dieux différents. Mandoulis pour Kalabsha et Amon –Ra pour Beit-el- Wali.

Comparé au grand temple de Kalabsha le temple de Beit-el- Wali est très petit. Il a été le premier monument fondé en Nubie par Ramsès II au cours de ses deux premières années de règne

En 1931 l’égyptologue Margaret A Murray le visite et nous décrit la cour   La cour extérieure est en ruine, excepté les deux parois latérales. Sur celles-ci, Ramsès II est représenté dans son char lors d’une charge furieuse contre les Nubiens; d’autres scènes montrent le désarroi de l'ennemi et de leur fuite, l’hommage du Vice-Roi de Nubie au pharaon et a ces officiers. La Nubie était une riche contrée et le tribut offert au Pharaon comportait de grandes quantités d’or, de peaux léopard, de défenses d’éléphant, , des fauteuils décorées , des plantes, des œufs d'autruche , ainsi que des animaux vivants tels que les bovins , des antilopes, des girafes .

En1964 Sous la menace d'immersion sous près de 50m d'eau Beit el-Ouali fut démantelé, ses parois sciées, taillés, et déplacés et sur le site de la Nouvelle Kalabsha grâce à un don des États-Unis.Par la suite, le travail d'érection sur son nouveau site fut totalement pris en charge par l'Égypte.

Plan

Entrée

A l’origine l’entrée, était flanquée de deux tours en briques crues, dont il ne reste que les arasements. Elle donne accès à une cour à ciel ouvert. Sur les piliers qui encadrent la porte nous trouvons le roi et ses cartouches ou on peut lire le nom d’Ouser Maât Rê. Sur chaque pilier le roi tourné vers la porte, nous invite à rentrer dans la cour.

La Cour 

Sur devant de la cour, les parois latérales sont décorées de scènes en relief illustrant des expéditions punitives menées par Ramsès II contre les ennemis de l’Égypte.

Le mur Nord représentent des campagnes contre les Libyens et les Syriens. Le roi monté sur son char poursuit des populations en fuite. Il attaque une forteresse et des Syriens implorent sa clémence. Il foule aux pieds les vaincus.

 

Le roi monté sur son char poursuit des populations en fuite British Museum

Le mur Sud représente les victoires militaires sur les rebelles nubiens. On peut y voir également le vice-roi de Nubie escorté de ses officiers, qui offre les tributs nubiens au Roi  (voir le récit de Margaret A Murray)

Les Ttibuts Nubiens  British Museum

A noter dans sculptures de Ramsès II, les détails montrant la fougue et le courage du roi dans les combats. A noter également que ces campagnes victorieuses se réfèrent en réalité à celles menées par son père Séthy Ier.

Au fond de la cour se trouve la façade du spéos, décorée de deux représentations d'Amon Trois portes taillées dans la roche mènent dans le vestibule. Lorsque les Chrétiens transformèrent le temple en église, ils taillèrent en forme d'arc le rocher surmontant la porte centrale.

beit09s  VESTIBULE

Il comporte deux piliers massifs protodoriques qui ne sont pas trouvés dans les autres temples de Nubie. Chaque pilier comporte des cannelures et quatre bandes verticales couvertes d’ hiéroglyphes et qui portent la titulature du roi. Pour la première fois en Nubie nous trouvons dans un temple des scènes militaires. Le vestibule devient ainsi un couloir de transition entre le profane et le sacré qui est réservé au sanctuaire.

la triade d'Éléphantine   La déesse Anoukis était la fille de Khnoum et de Satis. Ces trois divinités formaient la triade d'Éléphantine. Elle résidait dans l'île de Sehel tout près de la première cataracte et veillait au bon déroulement de la crue du Nil. Sa mère Satis (maîtresse de la première cataracte) était en charge du cycle de l'inondation et de la crue du Nil. Son père Khnoum (le maître de l'eau fraîche) était le dieu des cataractes. Anoukis et Satis sont les noms grecs des déesses, leurs noms égyptiens sont respectivement (Anket, ou Anouket) et Sati. .

La paroi Est

Sur les murs encadrant l'entrée figurent deux scènes de massacres d'ennemisCôté Nord Ramsès massacre un Libyen à l'aide de sa massue, tandis que celui-ci l’implore. Côté Sud, il tient un nubien par sa chevelure qui subit le même sort. Il est possible que ces scènes représentent en fait le sacrifice humain enregistré par Amenhotep II à Amada,

La paroi OuestA chaque extrémité de la paroi Ouest une niche héberge le roi assis entre deux divinités. À gauche, Isis et Horus, à droite Khnoum, et Anoukis. Entre les deux niches, une porte conduit au Sanctuaire. A gauche de celle-ci Ramsès II offre la Maat à Amon.

LaMaât beit1 C'est une déesse est une entité symbolisant la norme universelle : l'équilibre établi par le Créateur, la justice qui permet d'agir selon le droit, l'ordre qui fait conformer les actes de chacun aux lois, la vérité, la droiture et la confiance. De ce fait, elle est fondamentalement liée à l'institution pharaonique, le premier devoir de pharaon étant de faire respecter la loi de Maât dans toute l'Égypte. C’est pourquoi, sur les murs des temples, pharaon est représenté faisant l'offrande de Maât à une divinité : c’est dire, que dans ses actes, il se conforme aux exigences de la déesse.

La paroi Nord  Offrande du vin au dieu bélier Khnoum, le Maître des cataractes.La déesse Anoukis suit le roi, derrière le dieu Khnoum est placée la déesse Satis. Nous sommes présence des divinités de la région d'Assouan.Il

La paroi Sud  A gauche de la niche le dieu Horus de Bouhen coiffé de la double couronne est escorté par la déesse Isis-Scorpion, patronne de la Nubie.

Le roi présente des offrandes au couple divin, il est accompagné de la belle Hathor tenant les insignes de nombreuses fêtes-Sed. Des offrandes alimentaires et liquides sont posées sur un guéridon, le roi tend un vase pour faire des libations et un encensoir pour les fumigations.

Le Sanctuaire

Taillé dans le roc en grès de la falaise il est décoré de bas-reliefs, dont la couleur est encore visible et est de la même belle qualité de ceux des temples d’Egypte, très différent du style grossier de la période romaine.

De chaque côté de la porte d’entrée, Isis à gauche et Anouket à droite donnent le sein au jeune Ramsès II soulignant ainsi son origine divine.

Sur la paroi Nord   1- le roi offre de l'encens à Amon-Rê  . 2 -Le dieu Khnoum tenant le roi par la main lui présente le signe ankh et le sceptre ouser à ses narines

Sur la paroi Sud   le roi coiffé du ménès orné d’un cobra offre deux vases de vin à l’Horus de Baki. Après avoir déposé de la nourriture devant Amon le roi lui apporte l'encens et pratique une libation à l'aide d'une aiguière.

Sur la paroi Ouest  Taillé dans le roc une niche renfermait trois statues. Elles ont été si violemment dégradées qu'elles sont méconnaissables. On suppose que le roi, placé au centre, devait être entouré d'Amon-Rê et de l'une des divinités de la triade d’Éléphantine : Khnoum, Satis ou Anoukis..

Les chrétiens ont pris possession de ce temple, et ont utilisé les deux chambres taillées dans le roc comme chapelles, tandis que dans la cour, ils ont construit une église en briques