Imprimer

PLAFOND ASTRONOMIQUE

Avant-propos

Les astronomes égyptiens ont une connaissance essentiellement pratique : l'observation des astres leur permit de fixer l'heure et d'établir un calendrier. Le ciel, selon diverses traditions, est une vache, un fleuve ou, le plus souvent, le corps de la déesse Nout que l'on voit constamment représenté allongé ou en forme d'arc. Les Égyptiens ont reconnu un grand nombre de constellations comme la Grande Ourse et Orion, qui fut assimilé à Osiris souvent appelé le souverain des étoiles. Sirius l’étoile, la plus brillante du ciel apparaissait à la mi-juillet, quand commençait la crue du Nil; et fut assimilée à la déesse Satis figurée comme une vache à partir de l'époque gréco-romaine. Ils connaissaient cinq planètes, Horus le rouge (Mars), Horus qui éclaire (Jupiter), Mercure, Saturne, Vénus.

 

Petit lexique

Zodiaque

Le mot « zodiaque » vient du mot grec zodiakos « cercle de petits animaux » Ce nom vient du fait que la plupart des constellations du zodiaque sont représentées par des créatures vivantes. Le zodiaque astrologique est une sphère céleste englobant 12 constellations astrologiques que le Soleil semble traverser en une année 

Décan en Egypte antique

Chaque signe du Zodiaque est divisé en trois parties égales de 10° degré qui sont nommées décans qui désigne une région du ciel. Ce sont des groupes d’étoiles que les prêtres-astronomes désignèrent pour calculer les heures de la nuit en observant leurs levers et couchers à l'horizon. Chaque année, à l’aube, les décans se lèvent successivement au-dessus de l’horizon pendant dix jours puis sont invisibles pendant  70 jours. La mythologie égyptienne associait cette durée de 70 jours au temps nécessaire mis par le défunt pour renaître dans l'au-delà.

Précession des équinoxes

Sous l'effet de l'attraction de la Lune et du Soleil, la Terre oscille durant sa rotation. Un peu comme une toupie, son axe se déplace légèrement. Ces oscillations, dites « précession des équinoxes » sont lentes : un cycle dure vingt-six mille ans. Depuis l'antiquité, ce phénomène a provoqué un décalage d'un mois environ entre le signe théorique et sa réalité dans les astres.

Neter Dans l’Égypte antique le Dieu ou la Divinité est désigné par le terme Ntr, Neter, Neterou au pluriel et Neteret au féminin. Les Neterou sont des puissances créatrices, des qualités manifestées présentes et à l'œuvre dans toute la création. Nous emploierons ces termes dans la description du plafond

 

 

LE PLAFOND

Le ciel est symbolisé par une déesse, Nout, qui avale au soir le soleil vieillissant pour le régénérer dans son ventre et le mettre au monde au matin. C'est précisément sur l'immense corps de Nout que voguent les barques solaires, que sont inscrites les constellations et les étoiles, que se dévoilent les rythmes de l'univers. Denderah, célèbre par son zodiaque conservé au Musée du Louvre, est un des hauts lieux de l'astrologie égyptienne où l'on apprend à déchiffrer la signification des signes, des décans, des planètes, la marche de la lune, le rythme complémentaire des heures de la nuit et des heures du jour. Il n'est pas indifférent que ce plafond-ciel comporte sept travées. Le nombre Sept est précisément celui de la déesse qui possède le secret de la vie. Le vêtement de Nout est d'ailleurs constitué de lignes en zigzag, symboles des forces énergétiques, ondes provenant de l'Océan originel.

 

p1

 

SOFFITES 1 ET 7  LES DOUZES CONSTELLATIONS    lire

Les Soffites 1 et 7 se situent aux deux extrémités Est et Ouest du plafond. Sur chacun d’eux figure le ciel symbolisé par le corps arqué de la déesse Nout. Les motifs de sa robe reproduisent les vagues de l'océan céleste. Ses pieds sont placés près de l'extérieur du temple, son corps longe les parois est et ouest du pronaos et sa tête est tournée vers le centre du temple. La représentation des douze constellations du zodiaque couvre les registres supérieurs des deux soffites 1 et 7 qui sont complémentaires. Les registres inférieurs situés juste au-dessus du corps de Nout sont la représentation des 42 nomes d’Egypte.

p2

 

Bibliographie

Jacques Pialoux  DenderahSept soffites du plafond de la salle hypostyledu Grand Temple